Les résumés complets seront bientôt en ligne

Session Recherche Fondamentale 01- Mercredi 7 Octobre 2020 - 13h30

Résumé N° : C0_003

Impact de la levée des points de contrôle de l’ADN dans la progression de la NAFLD

Maëva Saroul-Aïnama* (Paris), Pierre Cordier (Paris), Romain Donné (Paris), Christelle Kaboré (Paris), Ivan Nemazanyy (Paris), Chantal Desdouets (Paris)

Introduction : La stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) est la plus fréquente des maladies chroniques du foie dont la prévalence ne cesse d’augmenter dans les pays industralisés. De manière alarmante, la NAFLD peut évoluer vers une stéatose hépatique non alcoolique (NASH), vers une cirrhose et/ ou un CHC. Dans cette séquence, nous avons démontré une altération de la division des hépatocytes par l’activation du « DNA Damage Response » médié par les kinases ATR et ATM. Nos travaux visent à comprendre le rôles de ces kinases dans le développement de la NAFLD.

Patients et méthodes / ou matériel et méthodes : Nous avons généré des souris C57BL6/J âgées de 5 semaines, mutées ATR et/ou ATM (ko) spécifiquement dans les hépatocytes par la technique CRISPR/Cas9 via un vecteur AAV8 hépato-tropique. Ces souris mutées ont été mises 16 mois sous régime Choline-Deficient High-Fat Diet (CD-HFD), récapitulant la séquence NASH/CHC. Afin d’étudier l’impact des délétions ATR-ATM sur le tissu hépatique dans ce contexte, des analyses biologiques (dosage AST/ALT) ; histologiques ; immuno-histochimiques et bioénergétiques (Metabolomics) ont été effectuées. Des cultures primaires d’hépatocytes NAFL-NASH mutés ATR et/ou ATM (4 mois de régime CD-HFD) ont été utilisées pour l’étude des altérations de la division cellulaire (approches biologie cellulaire et moléculaire) et pour l’étude métabolique par analyses bioénergétiques (Metabolomics, Seahorse assay).

Résultats : Nos résultats, in vivo, montrent une protection du tissu hépatique dans le développement de la NAFLD chez les animaux simples KO (ATRKO CDHFD ou ATMKO CDHFD). En effet, ces animaux témoignent d’une atteinte hépatique moins importante par rapport à nos animaux non mutés (Ctr-CDHFD), avec une diminution de l’inflammation lobulaire, du score NAS (4 vs 5) et de la prévalence tumorale (17% ATRKO ou ATMKO CDHFD vs 25% Ctr-CDHFD). Nos résultats démontrent par ailleurs dans les foies ATRKO ou ATMKO CDHFD, des modifications métaboliques hépatiques notamment dans la production de l’antioxydant glutathion via le catabolisme de la bétaine, suggérant une mise en place de mécanismes protecteurs. De manière intéressante, les animaux doubles KO ATRKO/ATMKO placés sous régime CDHFD présentent une prévalence tumorale de 58% sans mise en place de modifications métaboliques. Par ailleurs, nous avons récemment effectué des analyses métaboliques complémentaires ex vivo sur des cultures primaires d’hépatocytes. Nos premiers résultats prometteurs montrent une restauration des capacités de respiration mitochondriale des hépatocytes NAFLD ATRKO (analyse Seahorse), avec une amélioration de la respiration basale et maximale, de la production d’ATP et une atténuation de la fuite de protons.

Conclusion : Nos travaux montrent l’importance des kinases ATR et ATM pour la protection du tissu hépatique dans la NAFLD par leur rôle de titration de dommages à l’ADN mais également par leur capacité de mettre en place des mécanismes protecteurs via des adaptations métaboliques.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu