Les résumés complets seront bientôt en ligne

Session Clinique 01- Jeudi 8 Octobre 2020 - 08h05

Résumé N° : C0_011

Prédiction de la population à risque de cirrhose liée à l’alcool : un modèle d’aide à la prise de décision en santé publique

Claire Delacote* (Lille), Pierre Bauvin (Lille), Alexandre Louvet (Lille), Line Carolle Ntdanja Wandji (Lille), Flavien Dautrecque (Lille), Guillaume Lassailly (Lille), Mathurin Philippe (Lille), Sylvie Deuffic-Burban (Paris)

Introduction : La consommation quotidienne d’alcool diminue parmi les 15-75 ans alors que la consommation d’au moins 6 verres par occasion devient plus fréquente, en particulier chez les 15-35 ans1. Estimer la population associée au risque de cirrhose (>20 g/j) permettrait d’anticiper le nombre de cas incidents de cirrhose et d’optimiser la politique de santé publique en adéquation avec cette incidence. L’objectif de ce travail est de prédire l’incidence de la consommation à risque hépatique en France.

Patients et méthodes / ou matériel et méthodes : La quantité d’alcool journalière a été calculée à partir des données individuelles des Enquêtes Santé et Protection Sociale (ESPS) collectées sur un échantillon représentatif de français de 15 à 75 ans2-6. Un modèle de Markov a été ajusté sur ces données pour estimer l’entrée dans une consommation à risque de cirrhose.
Premièrement, l’incidence de l’entrée dans cette consommation (>20 g/j) est rétrocalculée en fonction du sexe, de l’âge et de l’année calendaire, à partir des enquêtes ESPS 2002 à 2012 (n=39 221). L’adéquation du modèle est évaluée en comparant les prévalences prédites aux données de l’enquête ESPS 2014 (n=13 277). Pour cela, l’entrée dans une consommation à risque hépatique est simulée entre 1910 et 2014 en tenant compte de la mortalité.
Deuxièmement, l’incidence de la consommation à risque hépatique est prédite jusqu’en 2030. Deux scénarios hypothétiques sont présentés.

Résultats : Le modèle développé s’ajuste aux données de prévalence : 7,3% des 15-75 ans sont consommateurs à risque hépatique en 2014, ce qui est très proche des 7,4% observés dans l’enquête ESPS 2014 ; les distributions de prévalence prédite et observée sont similaires en fonction de l’âge et sexe (Figure 1).
Chaque année environ 50 000 individus deviennent consommateurs à risque hépatique ; 85% d’entre eux sont des hommes et 3 sur 4 ont moins de 30 ans. Entre 2000 et 2014, le nombre d’incidents a diminué de 17,8% (Figure 2). Cette diminution de l’incidence a été un peu plus importante chez les femmes (-22,9% vs. -17,6%). Chez les 45 ans et plus, cette diminution est faible (hommes : -0,1%, femmes : -2,5%) comparativement aux
Si la diminution de la consommation d’alcool observée sur 2002-2014 se poursuit (scénario 1), le nombre de nouveaux consommateurs à risque hépatique pourrait s’approcher de la barre des 40 000 en 2030. Si la consommation d’alcool se stabilise sur la période 2020-2030 (scénario 2), le nombre de cas incidents va augmenter continuellement, en raison de l’évolution démographique, et sera similaire en 2030 à celui observé en 2012 (~53 000) (Figure 2).

Conclusion : Un français sur 1000 devient consommateur à risque chaque année. En 2020, 3,4 millions de français ont une consommation d’alcool associée à un risque de cirrhose.
Ce modèle développé pour la première fois permettra d’adapter les stratégies pour diminuer la population à risque de cirrhose.

Références : 1Richard JB, Andler R, Cogordan C, Spilka S, Nguyen-Thanh V et le groupe Baromètre de Santé publique France 2017. La consommation d’alcool chez les adultes en France en 2017. Bull Epidémiol Hebd. 2019 ; (5-6) :89-97. http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2019/5-6/2019_5-6_1.html
2Santé et protection sociale (ESPS), version « enquête » – 2002, IRDES [producteur], ADISP-CMH [diffuseur]
3Santé et protection sociale (ESPS), version « enquête » – 2008, IRDES [producteur], ADISP-CMH [diffuseur]
4Santé et protection sociale (ESPS), version « enquête » – 2010, IRDES [producteur], ADISP-CMH [diffuseur]
5Santé et protection sociale (ESPS), version « enquête » – 2012, IRDES [producteur], ADISP-CMH [diffuseur]
6Santé et protection sociale (ESPS), version « enquête » – 2014, IRDES [producteur], ADISP-CMH [diffuseur]

L’auteur a déclaré le(s) conflit(s) d’intérêt suivant(s) :CD, PB, AL, LCNW : aucun / PM: honairais d’expertise, en dehors du travail soumis, de MSD, Ipsen, Eisai, Abbvie, Sanofi, Gilead Sciences, Novo Nordisk, Bayer Healthcare, Intercept, Generon / SDB : honoraires d’expertise, en dehors du travail soumis, d’Intercept

Fermer le menu