Les résumés complets seront bientôt en ligne

Session Clinique 02 : CHC - Jeudi 8 Octobre 2020 - 14h30

Résumé N° : C0_018

Réponse radiologique et pathologique au Nivolumab en néoadjuvant chez les patients atteints de CHC BCLC A traités par Électroporation irréversible percutanée curative: rapport préliminaire de l’essai multicentrique français de phase 2 Nivolep (NCT03630640)

Pierre Nahon* (Bondy), Olivier Seror (Bondy), Frederic Oberti (Angers), Christophe Aube (Angers), Jean-Frederic Blanc (Bordeaux), Hervé Trillaud (Bordeaux), Merle Philippe (Lyon), Agnès Rode (Lyon), Eric Assenat (Montpellier), Boris Guiu (Montpellier), Chetana Bouattour (Clichy), Julien Calderaro (Créteil), Marianne Ziol (Bondy), Eric Vicaut (Paris)

Introduction : L’électroporation irréversible (IRE) est une ablation percutanée induisant une apoptose. Cette procédure curative est efficace pour l’ablation des CHC près des troncs vasculaires ou biliaires lorsque les thermoablations sont contre-indiquées. La préservation de la micro-vascularisation tumorale et de la matrice extracellulaire favorise l’infiltration par des cellules immunitaires. Les immunothérapies néoadjuvantes ou adjuvantes pourraient ainsir agir en synergie avec cette technique d’ablation.

Patients et méthodes / ou matériel et méthodes : L’essai NIVOLEP est un essai multicentrique français (n = 6) de phase 2 recrutant des patients atteints de CHC BCLC A éligible à l’IRE et à haut risque de récidive (lésion unique> 3 cm ou multiple). Les patients inclus ont reçu consécutivement: 1) 2 perfusions de Nivolumab néoadjuvant ; 2) une procédure curative d’IRE; 3) 12 perfusions adjuvantes de Nivolumab pendant un an. Les nodules de CHC ont été biopsiés à l’inclusion puis pendant la procédure d’IRE afin d’évaluer les effets du Nivolumab sur la biologie tumorale. L’objectif principal de l’essai est d’évaluer la survie sans récidive locale au cours d’un suivi de 2 ans. Les données présentes rapportent les résultats préliminaires de la phase néoadjuvante chez les 20 premiers patients inclus, évalués par examen radiologique et pathologique séquentiel avant et après 2 perfusions de Nivolumab, à l’inclusion et avant la procédure d’IRE.

Résultats : 37 nodules de CHC (uni-nodulaire: 9, bi-nodulaire: 5 et tri-nodulaire: 6, taille moyenne: 31,4 mm) chez 20 patients (âge 69 ans, hommes 90%, cirrhose 70%, AFP : 56 ng/mL) ont été étudiés. Aucun événement indésirable de grade 3 ou 4 n’a été rapporté. Après 2 perfusions de Nivolumab, la réponse radiologique définie par un une réduction objective de la taille des nodules a été observée pour 11/37 nodules (29%). Un patient a eu une progression et a été considéré comme non éligible à l’IRE au moment théorique de la procédure. Les 19 autres ont été traités par IRE de façon curative. Parmi ces 37 nodules, 17 biopsies séquentielles pré- et post-Nivolumab néoadjuvant chez 15 patients ont été analysées. Une réponse anatomo-pathologique a été observé chez 3/17 nodules (17%), caractérisé par une régression tumorale, remplacée par une fibrose avec infiltrat inflammatoire mixte comprenant macrophages spumeux et infiltration lymphocytaire péritumorale et intratumorale. Ces 3 nodules avaient également une réponse radiologique. Une augmentation des lymphocytes péritumoraux et intratumoraux, sans signe de régression tumorale, ont été observés dans 4 autres nodules. En considérant les 17 nodules avec évaluation séquentielle, 9/17 (53%) présentaient une réponse radiologique et/ou pathologique.

Conclusion : Le Nivolumab en néoadjuvant chez les patients avec CHC BCLC A éligibles pour L’IRE est bien toléré. Le Nivolumab induit des changements radiologiques et pathologiques dans un nombre important de nodules suggérant un effet antitumoral et/ou immunomodulateur en situation néoadjuvante.

Remerciements : Financement: BMS

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu