Les résumés complets seront bientôt en ligne

Session Clinique 02 : CHC - Jeudi 8 Octobre 2020 - 14h30

Résumé N° : C0_021

Efficacité et tolérance du nivolumab dans la prise en charge du carcinome hépatocellulaire avancé. Étude de cohorte compassionnelle en vraie vie

Adélaïde Brot* (Lille), Maéva Kyheng (Lille), Guillaume Lassailly (Lille), Valérie Canva (Lille), Marion Khaldi (Lille), Mehdi El Amrani (Lille), Dharancy Sébastien (Lille), Alexandre Louvet (Lille), Mathilde Favre (Lille), Philippe Mathurin (Lille), Jérome Cattan (Lille)

Introduction : Les inhibiteurs de tyrosine kinase (ITK) représentent depuis 2008 l’essentiel du traitement du carcinome hépatocellulaire (CHC) avancé, mais ils n’assurent pas un contrôle prolongé de la maladie. Le nivolumab en monothérapie permet un taux de réponse de 20 % et des contrôles tumoraux prolongés. Les données en vraie vie chez les patients (pts) cirrhotiques alcooliques et NASH restent limitées. Le but de cette cohorte compassionnelle était de décrire l’efficacité et la tolérance du nivolumab chez des pts atteints de CHC avancé en échec thérapeutique après une ou plusieurs lignes de traitement.

Patients et méthodes / ou matériel et méthodes : Les pts inclus avaient un diagnostic histologique ou radiologique de CHC, en progression ou intolérants après sorafenib/regorafenib, un score ECOG

Résultats : Entre 01/2018 et 07/2019, 40 pts ont été inclus, 85 % d’hommes, d’âge médian 62 ans, de score ECOG 0 (58%) ou 1 (42%). 81% des pts étaient cirrhotiques (alcoolique 79%, virale C 14%, NASH 9%, virale B 3%, fer 3%), BCLC B (28%) ou C (72%). L’histologie du CHC était obtenue pour 40% des pts. 23 pts (58%) avaient un taux d’AFP inférieur à 200 ng/ml. Tous les pts avaient reçu du sorafenib et 17 (40%) du regorafenib. La taille moyenne des lésions était de 112 mm. Une réponse objective radiologique et biologique était obtenue chez 5 pts (12.5%), dont une réponse complète. Une stabilité était observée chez 4 pts, une progression chez 24 pts et 7 pts étaient non évaluables. Le temps médian à progression était de 2,8 mois et la survie sans progression à 18 mois est de 6%. La durée moyenne de réponse était de 7,2 mois et la médiane de survie de 15 mois. Des effets secondaires étaient observés chez 10 pts (25%), majoritairement thyroidiens (n = 5, dont 1 grade 3), digestifs (n=2, dont 1 grade 3) et rénaux (1 grade 3). Les scores Child et MELD ont peu varié au cours du suivi, compris entre A5 et B8, et MELD 7 à 18. La fonction hépato-cellulaire des patients cirrhotiques est restée stable au cours du traitement sauf en cas de progression tumorale. Nous n’avons pas observé de décès toxique.

Conclusion : Cette cohorte en vraie vie confirme que l’administration du nivolumab aux pts avec CHC en échec thérapeutique après ITK est associée à des réponses tumorales parfois prolongées. La tolérance chez des pts majoritairement cirrhotiques d’origine non virale est acceptable. Une meilleure sélection des pts potentiellement répondeurs est nécessaire pour préciser la place exacte de l’immunothérapie et des associations immunothérapie-anti-angiogéniques dans la prise en charge du CHC avancé.

L’auteur a déclaré le(s) conflit(s) d’intérêt suivant(s) :IPSEN, ROCHE, BAYER, EISAI

Fermer le menu