Les résumés complets seront bientôt en ligne

Session Clinique 02 : CHC - Jeudi 8 Octobre 2020 - 14h30

Résumé N° : C0_022

Analyse de survie après récidive des carcinomes hépatocellulaires opérés : à propos d’une série monocentrique de 387 hépatectomies

Cyprien Toubert* (Montpellier), Astrid Herrero (Montpellier), Francois-Regis Souche (Montpellier), Boris Guiu (Montpellier), Georges Philippe Pageaux (Montpellier), Jean-Michel Fabre (Montpellier), Assenat Eric (Montpellier), Francis Navarro (Montpellier)

Introduction : Peu de données sont disponibles sur le pronostic et les traitements des CHC récidivant après résection. Pourtant, elles sont fondamentales à connaitre pour améliorer les modalités de prise en charge futures du CHC.

Patients et méthodes / ou matériel et méthodes : Etude rétrospective de 2000 à 2016 de 387 patients opérés de CHC dont 226 ont récidivé (58.3%). La médiane de suivi était de 48 mois après la résection. Les données clinico-biologiques, peropératoires, anatomopathologiques de la résection ; le délai d’apparition, la localisation intra (IH) ou extra hépatique (EH), les caractéristiques tumorales (taille, nombre et AFP) de la récidive ainsi que le type de traitement (curatif ou palliatif) ont été recueillis. Un cut-off de 11 mois a été calculé afin de différencier récidive précoce (RP) et récidive tardive (RT), selon la méthode de « minimum p value » de la survie après récidive (SAR). L’objectif principal était d’analyser les facteurs pronostiques de SAR. L’objectif secondaire était une analyse de sous-groupes comparative des récidives précoces vs tardives.

Résultats : Le délai médian de récidive était de 13 mois [1.37] et la médiane de survie de 26 mois. La récidive était IH dans 73.5% des cas (n= 166) et unique dans 42% des cas (n=95). Un traitement curatif (TH, résection, thermoablation) a été possible pour 43.4% des patients (n=98). Les variables indépendamment associées à la SAR étaient : la microinvasion (MIV) sur pièce opératoire, taille de la tumeur initiale > 5 cm, AFP >200 au diagnostic, le genre, ALBI Score, nombre et taille de la récidive, localisation de la récidive, AFP >200 à la récidive, une récidive dans les 11 mois post-résection. En analyse de sous-groupes, la RP (n=104, 46%) était associée à une moins bonne survie après récidive (médiane SAR, 17.0 vs 40.0 mois, p=0,003), ainsi qu’à une moins bonne survie globale (médiane SG, 25 vs 76 mois, p comparée aux RT. Les récidives EH +/- IH (32,6% (n =34) vs 21,3 % (n=26) ; p=0,05) et la présence de MIV sur la pièce initiale (39.3%(n=48) vs 23% (n=37); p=0.01) étaient significativement plus fréquentes dans le groupe RP. Un traitement curatif a été possible pour 30% (n=37) des RP et 50% (n=61) des RT (p=0.02). La survie globale à 5 ans des patients avec RP traitée curativement était comparable aux patients qui n’ont pas récidivé (43.3% vs 50% ; p=0.97), de même pour les patients avec une RT quel que soit le traitement proposé (60.7% vs 50% ; p=0.71).

Conclusion : La récidive du CHC après résection survient dans plus de 50% des cas et reste la problématique majeure de cette prise en charge. La récidive précoce, fortement associée à la MIV, semble être un facteur péjoratif de survie après récidive. Cependant quel que soit le délai de récidive, la possibilité d’un traitement curatif permet d’atteindre des survies globales similaires aux patients qui n’ont pas récidivé.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu