Les résumés complets seront bientôt en ligne

Session Clinique 04 : HTP - Vendredi 9 Octobre 2020 - 9h25

Résumé N° : C0_032

L’encéphalopathie hépatique n’est pas une contre-indication au TIPS pré-emptif après rupture de varices chez les patients cirrhotiques à haut risque de récidive hémorragique

Marika Rudler* (Paris), Virginia Hernandez Gea (Barcelone), Bogdan Procopet (Cluj), Gilberto Silva-Junior (Barcelone), Javier Martinez-Gonzalez (Madrid), Christophe Bureau (Toulouse), Llop Elba (Madrid), Wim Laleman (Leuven), Jonel Trebicka (Francfort), Simona Tripon (Paris), Reshma Mallet (Paris), Jaume Bosch (Bern), Juan Carlos Garcia Pagan (Barcelone), Dominique Thabut (Paris)

Introduction : Un TIPS (transjugular intrahepatic portosystemic shunt) pré-emptif (pTIPS) est préconisé chez les patients (pts) cirrhotiques présentant une rupture de varices à haut risque de récidive (ayant une cirrhose Child B avec saignement actif ou Child C10-13). Moins de 10% des pts ayant une indication de pTIPS en bénéficient, surtout en raison de la crainte d’une encéphalopathie hépatique (EH) après TIPS. Le devenir des pts ayant une EH à l’admission et traités par pTIPS n’a jamais été étudié.

Patients et méthodes / ou matériel et méthodes : Les objectifs de cette étude étaient: (1) d’évaluer la prévalence de l’EH à l’admission des pts ayant une rupture de varices; (2) de décrire l’évolution des pts ayant une EH à l’arrivée et ayant bénéficié d’un pTIPS; (3) de déterminer si l’EH à l’admission était un facteur indépendant de décès et d’EH après pTIPS.
C’est une étude multicentrique internationale et observationnelle incluant 2138 pts de 34 centres européens entre avril 2013 et avril 2015. Les pts ont été traités selon les recommandations en vigueur. La pose de pTIPS était décidée en fonction de la politique de chaque centre. Les pts étaient suivis 1 an ou jusqu’au décès ou jusqu’à la transplantation hépatique.

Résultats : 2138 pts ont été analysés (âge 58 ans, sexe féminin 26%, Child-Pugh A/B/C=22/51/27%, score de MELD 11.7) ; parmi ceux-ci, 671 pts avaient une indication de pTIPS ; 66 ont été effectivement traités par pTIPS et 605 par traitement médical). Les 2 groupes de pts, pTIPS ou traitement médical, étaient de sévérité équivalente. A l’admission, la prévalence de l’EH était de 23% et était significativement plus importante chez les pts à haut risque (38.1% vs 10.6%, p=0.008). Chez les pts à haut risque et ayant une EH à l’admission, le pTIPS était associé à une meilleure survie que le traitement médical (HR 0.453 [0.218-0.940], p=0.03), même dans le sous groupe de pts ayant une cirrhose Child C (HR 0.419 [0.203-0.868], p=0.02). La résolution de l’EH survenait plus fréquemment après pTIPS qu’après traitement médical Le pTIPS améliorait également la résolution de l’EH (18.5% vs 8.5%, p=0.009). Chez les pts ne présentant pas d’EH à l’admission, la survenue d’EH au cours de suivi n’était pas différente entre les 2 groupes (16.7% vs 17.6%, p=0.86). En analyse multivariée, l’EH à l’admission, l’âge, le choc à l’admission, un score de MELD>15, et le traitement médical étaient des facteurs indépendants de mortalité chez les pts à haut risque.

Conclusion : L’EH est fréquente chez les pts cirrhotiques présentant une rupture variqueuse et est associée à une plus faible survie. Chez les pts à haut risque ayant une EH à l’arrivée, le pTIPS améliore la survie et la résolution de l’EH. Il ne faut pas craindre de proposer un pTIPS à ces pts.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu