Les résumés complets seront bientôt en ligne

Session Clinique 04 : HTP - Vendredi 9 Octobre 2020 - 9h25

Résumé N° : C0_038

Reperméabilisation portale par voie transjugulaire et/ou mésentérique pour thrombose porte complète : intérêt d’une prise en charge multidisciplinaire

Laura Sarfati* (Tours), Anaïs Jaillais (Tours), Charlotte Nicolas (Tours), Hélène Barraud (Tours), Laure Elkrief (Tours), Jean Ayoub (Tours), Georgescu Elia Monica (Tours), Louise Barbier (Tours), Petru Bucur (Tours), Ephrem Salamé (Tours), François D'Alteroche (Tours)

Introduction : Les complications des thromboses portes (TP) peuvent amener à proposer une procédure de reperméabilisation portale. Sa place est néanmoins mal définie car elle est réputée techniquement difficile et morbide. Le but de notre étude était d’évaluer l’efficacité et la sécurité de la reperméabilisation des TP complètes dans le cadre d’une prise en charge multidisciplinaire médico-chirurgicale au sein d’un centre expert.

Patients et méthodes / ou matériel et méthodes : Etude rétrospective, monocentrique, ayant inclus tous les patients ayant eu une procédure de reperméabilisation portale par voie transjugulaire et/ou mésentérique (mini-laparotomie) pour TP complète, datant de plus d’un mois, diagnostiquée entre 2008 et 2020. La voie d’abord était choisie après étude du scanner et discussion multidisciplinaire. Après cathétérisme de la zone thrombosée avec des sondes et fils-guide d’angulations et rigidités variables, la reperméabilisation portale était assurée par dilatation au ballon, éventuellement complétée par thromboaspiration et/ou insertion d’un stent. La réalisation d’un TIPS lui était associée en cas de gradient porto-sus-hépatique > 10 mm Hg. L’obtention de la perméabilité portale et son maintien à long terme ont été analysés tout en recueillant les complications per-procédures et à long terme.

Résultats : 43 malades (16 cirrhoses, 13 états prothrombotiques et 14 causes locales) ont été inclus. Les indications étaient la prévention de la récidive hémorragique (n=24), et/ou un épanchement réfractaire (n=11), et préemptives d’une intervention chirurgicale (n=11). La TP était étendue aux branches portes dans 30 cas et aux veines spléniques et/ou mésentériques dans 17 cas. Un cavernome était présent dans 25 cas. La reperméabilisation portale était obtenue chez 37 malades (86%), par abord transjugulaire (n=27), mésentérique (n=4) et combiné (n=6). Trois malades ont eu une deuxième procédure par voie mésentérique après échec d’un abord jugulaire. Seule la présence d’un cavernome était significativement associée à l’échec de la reperméabilisation (76% vs 100%, p=0,03). Des complications per-procédures sont survenues chez 5 malades ayant tous un cavernome abordé par voie transjugulaire. Avec un suivi moyen de 31 ± 37 mois, la probabilité actuarielle de perméabilité portale était de 76% à 2 ans (IC95% 0,64-0,92) pour l’ensemble des patients, et de 100% dans les cirrhoses, 58% dans les états prothrombotiques (0,35-0,96) et 65% dans les causes locales (0,42-1). Une sténose/thrombose est survenue chez 14 malades, symptomatique dans 5 cas. Quatre malades ont eu des épisodes d’encéphalopathie.

Conclusion : La reperméabilisation portale était obtenue dans 86% des cas par une voie d’abord adaptée à l’anatomie du malade. Les résultats étaient meilleurs chez les malades atteints de cirrhose que chez ceux ayant un état prothrombotique ou une cause locale.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu