Les résumés complets seront bientôt en ligne

Session Clinique 05 : Virus - Vendredi 9 Octobre 2020 - 15h30

Résumé N° : C0_040

Traitement de l’hépatite chronique D par Bulevirtide, avec ou sans interferon pégylé, dans la vraie vie. Premiers résultats de l’ATU de cohorte française

Victor De Lédinghen* (Pessac), Sophie Métivier ( Toulouse), Louis D'Alteroche ( Tours), Dominique Guyader ( Rennes), Laurent Alric ( Toulouse), Isabelle Rosa ( Créteil), Minello Anne ( Dijon), Véronique Loustaud-Ratti ( Limoges), Marie-Noëlle Hilleret ( Grenoble), Xavier Causse ( Orléans), Ana Gabriela . Stern ( Paris), Nathalie Ganne ( Bondy), Juliette Foucher ( Bordeaux)

Introduction : Les options thérapeutiques de l’hépatite chronique à VHD sont limitées à l’utilisation de l’interféron pégylé (PEG-IFN). Le Bulevirtide est une molécule anti-virale qui inhibe l’entrée du VHD dans l’hépatocyte en se liant au récepteur NTCP à la surface des hépatocytes. Des résultats de phase 2 ont montré l’efficacité et la bonne tolérance du Bulevirtide. Nous rapportons les premiers résultats d’efficacité et de tolérance du Bulevirtide prescrit dans le cadre de l’ATU de cohorte en France.

Patients et méthodes / ou matériel et méthodes : 155 patients infectés par le VHD dans 19 centres ont été inclus depuis octobre 2019. Les principaux critères d’inclusion étaient une cirrhose compensée ou une hépatite chronique avec fibrose modérée à sévère. Tous les patients ont été traités par Bulevirtide (2 mg par jour par voie sous-cutanée) avec ou sans PEG-IFN (selon le souhait du praticien). Nous rapportons les premiers résultats d’efficacité et de tolérance du Bulevirtide à la semaine 12 après l’initiation du traitement.

Résultats : Les caractéristiques des 37 premiers patients sont les suivants : 24 hommes, âge médian 43 ans, coinfection VIH n=4, élasticité hépatique médiane 11,6 kPa (extrêmes 4,5-40), cirrhose n=24. La charge virale médiane était de 6,86 (2,23-8,16) log10 UI/ml, ALAT médiane 78,5 UI/l. L’association Bulevirtide+ PEG-IFN a été prescrite chez 11 patients et 29 patients étaient traités par analogues nucléo(s)tidiques. A la semaine 12, l’ARN du VHD médian était de 5,13 (extrêmes 10 UI/ml et le taux de l’ALAT de 52,5 UI/l (Tableau).
A la semaine 12, une réduction significative de l’ARN du VHD (> 1 log10 ) a été observée chez 27 patients (73%) et 11 patients avaient un taux d’ALAT 10 UI/mL chez les patients traités par Bulevirtide seul et -1.78 log10 UI/ml chez les patients traités par Bulevirtide + PEG-IFN (p=0,64). Le Bulevirtide a été bien toléré. Le principal effet indésirable était une élévation asymptomatique des sels biliaires dans 84,6% des cases. Aucun effet indésirable grave n’a été rapporté.

Tableau. Comparaison des patients traités par Bulevirtide seul ou en association à l’interféron pégylé

Conclusion : Lors du traitement par Bulevirtide, une réponse virologique significative à la semaine 12 est observée chez 73% des patients. Ces résultats en vraie vie confirment les résultats des essais de phase 2. Les résultats seront actualisés en octobre 2020.

L’auteur a déclaré le(s) conflit(s) d’intérêt suivant(s) :Myr pharma

Fermer le menu