Les résumés complets seront bientôt en ligne

Session Clinique 05 : Virus - Vendredi 9 Octobre 2020 - 15h30

Résumé N° : C0_041

Dépistage de l’hépatite C en population générale à l’échelon d’une ville : et si l’HAS avait raison ?

Georges-Philipe Pageaux* (Montpellier), Françoise Imbert (Montpellier), Thomas Hottier (Montpellier), Caroline Navarre (Montpellier), Jean-Marc Laruelle (Montpellier), Marie-Claude Wey (Montpellier), Choma Catherine (Montpellier), Noémie Bonnet-Aldigier (Montpellier), Magda Meszaros (Montpellier), Anne Guinard (Montpellier), Réjane Riondel (Toulouse)

Introduction : L’AFEF et l’ANRS préconisent le dépistage de l’infection virale C en population générale. La HAS souligne la baisse de la prévalence de l’hépatite chronique C en France (0,35% ARN + en 2016) et conclut que l’efficience du dépistage universel par rapport au dépistage ciblant les personnes les plus à risque n’est pas démontrée. But : Évaluer via une campagne de dépistage en population générale à l’échelon d’une ville la prévalence de l’infection virale C (Ac +) et de l’hépatite chronique C (ARN+).

Patients et méthodes / ou matériel et méthodes : Méthodes : Ce projet a été initié par un consortium regroupant le Réseau Hépatites, SOS hépatites, la mairie de la ville concernée, les laboratoires d’analyses médicales de la ville, l’ARS, Santé publique France, les URPS médecins , pharmaciens et biologistes, la CPAM, la MSA et la Sécurité Sociale des Indépendants du Département. En plus du circuit habituel basé sur la prescription médicale, un dépistage sans ordonnance était organisé et facilité. Dans un premier temps la sérologie du VHC était déterminée avec proposition de faire un dépistage sérologique plus complet -VIH, VHB, syphilis. Chez les patients avec sérologie positive, la recherche de l’ARN du VHC était proposée. Chez tous les participants, un questionnaire d’analyse de facteurs de risque était proposé.

Résultats : Résultats : Entre le 16/09/2019 et le 14/12/2019, 10 323 tests de dépistage ont été réalisés chez 10 143 participants, dont 8,7% sans ordonnance (8461 tests sur la même période en 2018). La prévalence des Ac VHC était de 0,89%, 0.97% avec ordonnance et 0.34% sans ordonnance. Elle était de 1,12% en 2018. Concernant les dépistages associés, 8289 VIH (0,34% +) 7328 VHB (0,57% +) et 5724 syphilis (1,42% +). Il y avait 60,3% de femmes, 70% entre 20 et 49 ans, 13% bénéficiaires CMU. 5334 questionnaires ont été complétés : 37% ont déclaré n’avoir aucun facteur de risque connu. Parmi les 3173 participants ayant renseigné au moins un facteur de risque, 33,5% rapportaient un acte médico-chirurgical, 33,5% un acte divers (tatouage, piercing), 9,8% un rapport sexuel traumatique, 6,8% un usage de drogues, 3,9% un proche porteur du VHC, 10,6% des soins à l’étranger, et 1,9% une transfusion. Chez les 90 patients avec sérologie positive : il y avait plus d’hommes (59%), 83% > 40 ans, et les 30 répondants aux questionnaires ont tous déclaré au moins un facteur de risque, majoritairement actes médicaux et usage de drogue. 69/90 ont eu une recherche de l’ARN, 19 perdus de vue et 1 traité en 2018. 9 patients avait un ARN + et tous ces patients ont été pris en charge pour initier le traitement.

Conclusion : Conclusion : Cette étude de dépistage en population générale à l’échelon d’une ville confirme la baisse de la prévalence de l’infection virale C et souligne la rareté de l’hépatite chronique C. Il ressort de cette campagne qu’un renforcement du dépistage chez les plus de 40 ans est souhaitable.

L’auteur a déclaré le(s) conflit(s) d’intérêt suivant(s) :GPP: Abbvie, Gilead (conférences); MM: Gilead (conférences)

Fermer le menu