Les résumés complets seront bientôt en ligne

Poster - Jeudi 8 Octobre 2020

Résumé N° : P_009

Quid du dépistage de l’hépatite C? Enquête dans un hôpital général

Souad Ben Ali* (Marseille), Gaelle Valle (Marseille), Magali Madau (Marseille), Laurence Lecomte (Marseille), Christine Hernandez (Marseille), Clara Dassetto (Marseille), Si Ahmed Si Nafa (Marseille), Marc Bourliere (Marseille)

Introduction : Les recommandations de l’AFEF (Association Française pour l’Etude du Foie) visent à obtenir rapidement l’élimination de l’infection par le virus de l’hépatite C (VHC) en France, si possible avant 2025 .Couplé à un traitement court , sùr , et efficace ; ce dépistage universel est la stratégie validée par cette modelisation (1)

L’objectif de ce travail a été de réaliser une enquête sur les pratiques de dépistage du VHC auprès des médecins de notre ’hôpital.

Patients et méthodes / ou matériel et méthodes : Du 1 juin au 29 aout 2019, un questionnaire anonyme a été remis à tous les médecins de l’hôpital excéptés les pédiatres, urgentistes et biologistes. L’âge, le sexe, la spécialité et le nombre d’années d’exercice des praticiens ont été recueillis.

La première question était: «Demandez-vous un dépistage de l’hépatite C?» avec 3 réponses possibles:

1) non,

2) systématiquement,

3) selon les facteurs de risques.


La deuxième question : «Quels facteurs de risques considérez-vous pour faire un dépistage de l’hépatite C?» :

1) personne ayant été ou étant usager de drogues (UD)

2) transfusion avant 1990,

3) personne ayant eu des maladies sexuellement transmissibles (MST)

4) personne de plus de 50 ans,

5)personne ayant subi des gestes parentéraux avant 1990,

6) autres.


Les deux dernières questions étaient en cas de sérologie positive:

1) demande ou pas de la virémie VHC

2) orientation ou pas vers un spécialiste.

Résultats: 68% (181/267) des médecins de 27 services ont répondu au questionnaire.

58% étaient des hommes .

94,5% étaient des spécialistes hospitaliers et/ou libéraux.

69% des médecins avaient plus de 10 ans d’exercice.

23% (41/181) ne faisaient jamais de dépistage 14% (25/181) faisaient un dépistage systématique, et 63% (115 /181) faisaient un dépistage en fonction des facteurs de risques.

Si on enlève les 17 sages femmes qui font un dépistage systématique en maternité:


5% (8/164) des médecins ( 3 oncologues, 3 cardiologues, 1 gynéco obstétricien et un interniste) faisaient un dépistage systématique,:
25% des médecins ne pratiquaient jamais de dépistage,
et 70% (115/164) réalisaient un dépistage en fonction des facteurs de risques.


Concernant les facteurs de risque, 81% faisaient le dépistage en cas d’UD, 73% en cas de MST, 65% en cas de transfusion avant 1990, 39% en cas de risques parentéraux et 23% chez les personnes de plus de 50 ans.

Conclusion : Notre enquête montre que 25% de nos médecins ne réalisent jamais de dépistage du VHC.
70 % ont une connaissance perfectible des facteurs de risques , omettant les sujets de plus de 50 ans. Une campagne d’information est nécessaire. Ce large projet est en cours de réalisation.

Références : 1) Deuffic-Burban S et al/ J Hepatol 2018; 69: 785-792.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu