Les résumés complets seront bientôt en ligne

Poster - Jeudi 8 Octobre 2020

Résumé N° : P_013

Un bilan accéléré améliore la prise en charge des patients infectés par le VHC

Sonia Jebart* (Villejuif), Anne-Marie Roque-Afonso (Villejuif), Teresa Antonini (Lyon), Audrey Coilly (Villejuif), Eleonora De Martin (Villejuif), Bruno Roche (Villejuif), Kounis Ilias (Villejuif), Edoardo Poli (Villejuif), Alina Pascale (Villejuif), Didier Samuel (Villejuif), Dominique Duclos-Vallée (Villejuif), Rodolphe Sobesky (Villejuif)

Introduction : L’accès aux nouveaux antiviraux à action directe (AAD) contre le virus de l’hépatite C (VHC) a profondément changé la prise en charge des patients (pts). Le dépistage des pts infectés et l’accès rapide aux soins sont devenus les nouveaux défis.
Le but de ce travail est d’évaluer l’impact d’un programme de prise en charge rapide des pts infectés par le VHC.

Patients et méthodes / ou matériel et méthodes : Afin de raccourcir le parcours du diagnostic à la réponse virologique soutenue (RVS), un centre de prise en charge rapide des hépatites virales (C-PREH) a été mise en place.
Nous avons réalisé une étude comparative rétrospective d’un groupe de pts du dispositif C-PREH et d’un groupe témoin des 50 derniers patients ayant suivi le parcours standard. Nous avons étudié les caractéristiques des pts, les comorbidités, les scores de fibrose, le taux de RVS, le délai entre la première consultation (Cs) et la prescription d’un AAD, le nombre de Cs entre le diagnostic et le traitement, les pts non-traités et perdus de vus et la durée du suivi.

Résultats : Entre 2015 et 2019, 147 pts ayant une sérologie positive pour le VHC ont eu une consultation C-PREH. Parmi ces pts, 26 avaient un ARN du VHC indétectable. Les pts coinfectés VIH-VHC ont été exclus. Les 114 pts restants ont été comparés aux 50 patients témoins.
Il n’y avait pas de différence significative entre les deux groupes pour l’âge, le sexe, les conditions socio-professionnelles, le génotype, la charge virale, le score de fibrose, la présence d’une cirrhose ou d’une stéatose et la survenue de complications.
En ce qui concerne l’accès au traitement par AAD, le groupe C-PREH comptait de manière significative moins de pts non traités (p= 0.006) et moins de perdus de vue (p =0.002). Le délai entre la première consultation (Cs) et la prescription d’un AAD et le nombre de Cs entre le diagnostic et le traitement étaient significativement plus bas dans le groupe C-PREH par rapport au groupe témoin (p

Conclusion : Cette étude montre un bénéfice des consultations rapides C-PREH par rapport au parcours standard pour la rapidité d’accès au traitement et le maintien dans le parcours de soin. Ce dispositif mérite d’être généralisé pour améliorer la prise en charge des patients infectés par le VHC.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu