Les résumés complets seront bientôt en ligne

Poster - Jeudi 8 Octobre 2020

Résumé N° : P_023

Performance diagnostique de l’outil CAP du Fibroscan® dans le diagnostic non invasif de la stéatose hépatique par rapport à l’échographie abdominale

Chayma Jemmali* (Mourouj 3), Maha Mtir (Ariana), Salma Souissi (Ariana), Hajer Bouhlel (Ariana), Leila Belhaj Ammar (Ariana), Olfa Bousnina (Ariana), Kallel Lamia (Ariana)

Introduction : En pratique courante, l’échographie abdominale est la méthode de dépistage la plus utilisée au cours des stéatopathies,de part son caractère non invasif et sa disponibilité. Cependant,il s’agit d’un examen opérateur dépendant, peu sensible en cas de surcharge pondérale. L’outil CAP (Controlled Attenuated Parameter) du Fibroscan® pourrait être une méthode prometteuse permettant à la fois la recherche et la quantification de la stéatose.
Le but de notre travail était de comparer l’apport de l’outil CAP du Fibroscan® dans le diagnostic de la stéatose hépatique par rapport à l’échographie abdominale.

Patients et méthodes / ou matériel et méthodes : Il s’agit d’une étude observationnelle comparative incluant les patients adressés à notre service pour une évaluation non invasive de leur élasticité hépatique par Fibroscan® pour une hépatopathie chronique, quelque soit son étiologie et ayant eu une échographie abdominale dans les 6 derniers mois. Nous avons exclu les patients déjà connus porteurs d’une stéatopathie. Une mesure quantitative de la stéatose était ainsi réalisée par la fonction CAP. Le seuil utilisé pour définir la présence d’une stéatose était de 242 et de 246 dB/m respectivement pour la sonde M et XL[1]. La stéatose était classée sévère à partir d’un CAP supérieur ou égale à 285/286 respectivement pour la sonde M et XL[1].

Résultats : Nous avons recensé 207 patients d’âge moyen 51,9 ans (extrêmes entre 22 et 91 ans) avec une prédominance féminine (60,9%). Les indications du Fibroscan® étaient dominées par les hépatopathies virales B dans 34,8% des cas et virales C dans 29,5%, suivies par les hépatopathies auto immunes dans 8,7% des cas. La valeur moyenne du CAP était de 254,2± 59 dB /m.
Cent dix-sept patients (56,5%) avaient une stéatose au Fibroscan® et 41 (19,8%) en avaient à l’échographie abdominale avec une corrélation positive significative entre la présence d’une stéatose à l’échographie et au Fibroscan® (r=0,2 ; p=0.002).
Parmi les 41 patients ayant une stéatose à l’échographie abdominale, uniquement 9 patients (22%) n’en avaient pas au Fibroscan®. Néanmoins, plus de la moitié (51,2%) de ceux ayant une stéatose au Fibroscan® ne présentaient pas de stéatose à l’échographie. Ce dernier pourcentage chute à 22,3% s’agissant du sous-groupe de patients diagnostiqués porteurs d’une stéatose sévère avec la fonction CAP (62 sur 117 patients).

Conclusion : Malgré une bonne concordance globale, le dépistage de la stéatose hépatique moyennant l’outil CAP du Fibroscan® paraît être plus fiable que l’échographie abdominale du moins lorsque le médecin radiologue n’est pas particulièrement sensibilisé et ce d’autant plus qu’il s’agit d’une stéatose non sévère.

Références : [1] de Lédinghen V, Hiriart J-B, Vergniol J, Merrouche W, Bedossa P, Paradis V. Controlled Attenuation Parameter (CAP) with the XL Probe of the Fibroscan®: A Comparative Study with the M Probe and Liver Biopsy. Dig Dis Sci 2017;62:2569–77.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu