Les résumés complets seront bientôt en ligne

Poster - Jeudi 8 Octobre 2020

Résumé N° : P_030

Impact de AhR sur l’immunité intestinale au cours de la MAF

Coulibaly Aboubacar Sidiki Kibarou* (Paris), Anne-Marie Cassard (Clamart), Gabriel Perlemuter (Clamart), Schlecht-Louf Géraldine (Clamart), Nicolas Trainel (Clamart), Sophie Viel (Clamart), Perrin Clara (Clamart), Vanessa Liévin-Le Moal (Clamart)

Introduction : Le microbiote intestinal (MI) a été identifié comme un acteur dans la gravité des lésions hépatiques au cours de la maladie alcoolique du foie (MAF). La consommation de fibres, la pectine, améliore les lésions hépatiques et les fonctions de la barrière intestinale au cours de la MAF par des modifications du MI. Le MI modifié par la pectine module la production des indoles qui sont des ligands du récepteur aux hydrocarbures aromatiques (AhR). Leurs effets s’exercent dans le foie et dans l’intestinal où l’activation de AhR sur les cellules myéloïdes orchestre le maintien de l’homéostasie intestinale.

Patients et méthodes / ou matériel et méthodes : Afin de déterminer si le AhR des cellules myéloïdes CD11c+ de l’immunité innée intestinale est impliqué dans les effets protecteurs de la pectine au cours de la MAF, l’impact de l’alcool et de la pectine sur les cellules dendritiques (DC) et les macrophages (MO) intestinaux a été étudié chez des souris sauvages AhRfx/fx CD11cCre-/- (AHRWT) et déficientes en AhR AhRfx/fxCD11cCre+/- (AHRKO-CD11c+) dans ces cellules. Ces souris ont suivi un protocole d’alcoolisation et ont été traitées ou non par la pectine. Les lésions hépatiques ont été évaluées par la quantification des transaminases, de la stéatose, et des marqueurs de l’inflammation. L’altération de la barrière intestinale a été évaluée par la quantification du mucus et des peptides anti-microbiens. Le phénotype des DC et des macrophages intestinaux a été évalué par cytométrie en flux.

Résultats : Nous avons montré que l’effet protecteur de la pectine sur la prévention des lésions hépatiques dans notre modèle murin d’alcoolisation est indépendant de la présence de AhR dans les DC et les MO CD11c+. Néanmoins, nous avons pu montrer que l’alcool induit des modifications des sous populations de cellules myéloïdes au niveau intestinal. En effet, chez les souris AHRWT, l’alcool induit l’activation des sous populations de MO et de DC et engendre des modifications de la fréquence des sous populations de DC. La pectine corrige ces effets de l’alcool en induisant un profil tolérogénique dans les sous populations de MO et de DC et en restaurant la fréquence des sous populations de DC initialement modifiée par l’alcool. Cependant, l’analyse des souris AHRKO-CD11c+ a permis de montrer que les effets de l’alcool sont dépendants de AhR présent sur les MO et les DC contrairement à ceux de la pectine qui sont indépendants de AhR.

Conclusion : Dans l’ensemble les résultats montrent que les effets de l’alcool sur le phénotype des DC et MO intestinaux sont partiellement dépendants de AhR et donc des indoles. En revanche, les effets de la pectine sur ces cellules sont eux indépendants de AhR, et ne sont pas impliqués dans la protection des lésions hépatiques induites par l’alcool.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu