Les résumés complets seront bientôt en ligne

Poster - Vendredi 9 Octobre 2020

Résumé N° : P_043

L’hypertension portale cliniquement significative au cours de la stéatopathie métabolique est exceptionnelle avant le stade de cirrhose

Alexia Laroyenne* (Toulouse), Sophie Métivier (Toulouse), Marie Angèle Robic (Toulouse), Jérome Sanchez (Toulouse), Martin Depaire (Toulouse), Mathilde Castanier (Toulouse), Assia Bouali (Toulouse), Maeva Guillaume (Toulouse), Jean Pierre Vinel (Toulouse), Jean Marie Péron (Toullouse), Arielle Bureau* (Toulouse)

Introduction : Des données préliminaires suggèrent qu’une hypertension portale (HTP) cliniquement significative peut survenir chez les patients atteints d’une stéatopathie métabolique en l’absence de cirrhose. Les mécanismes proposés sont une compression des sinusoïdes par les hépatocytes stéatosiques ou encore le développement d’une fibrose péri-sinusoïdale, responsables d’une augmentation de la résistance pré-sinusoïdale.
L’objectif de cette étude était de vérifier cette hypothèse en décrivant la prévalence de l’HTP cliniquement significative chez des patients avec une StM en fonction du stade de fibrose.

Patients et méthodes / ou matériel et méthodes : Cohorte prospective entre janvier 2012 et mai 2020 de tous les patients qui ont eu une biopsie hépatique par voie jugulaire avec mesure du gradient de pressions hépatiques (GPH) et une imagerie abdominale. Les patients devaient avoir une stéatopathie métabolique (StM) pure après exclusion des autres causes d’hépatopathie chronique et d’une consommation excessive d’alcool. L’HTP cliniquement significative était retenue quand le GPH était >= 10 mmHg ou s’il y avait des signes indirects d’HTP à l’imagerie (voies de dérivation, splénomégalie, ascite) ou des varices œsophagiennes/gastriques à l’endoscopie.

Résultats : 168 patients, 97 hommes et 71 femmes avec une StM, ont été inclus. La moyenne de l’âge était de 57 ±10 ans. La prévalence du diabète était de 70 %. La moyenne de l’IMC était de 35 ±7 Kg/m2. La médiane de l’élasticité était de 12,0 kPa [4,7 – 45,5] avec la sonde M (n = 124) et de 12,1 kPa [4,3 – 70,6] avec la sonde XL (n = 45). La moyenne du score NAS était de 4 ± 1,5 ; 35 patients (21%) avaient une stéatose et 133 patients (79%) une stéatohépatite.
Le score de fibrose était F0, F1, F2, F3 et F4 chez 1,2% (2), 18,4% (31), 26,2% (44), 29,7 % (50) et 24,8 % (41) des patients, respectivement.
La prévalence de l’HTP cliniquement significative était de 1,3% (1/77) chez les F0F2 ; aucun patient n’avait un GPH >= 10 mmHg, une patiente avait une splénomégalie. Aucun des 50 patients F3 n’avait un GPH >= 10 mmHg ni de signes morphologiques ou endoscopiques d’HTP. Enfin, la prévalence de l’HTP cliniquement significative était de 41,4 % chez les F4 (17/41) : 13 avaient un GPH >= 10 mmHg et 7 des signes morphologiques ou endoscopiques d’HTP.
Aucun patient avec des varices œsophagiennes n’avait une élasticité 150 000. Trois patients avec des varices œsophagiennes (petites) avait un GPH

Conclusion : L’existence d’une HTP cliniquement significative dans la StM avant le stade de cirrhose est marginale. Sa description pourrait être liée à l’imprécision de l’analyse histologique (erreur d’échantillonnage), à la variabilité de la mesure de taille de la rate et de la gradation de la taille des varices. Une analyse détaillée des discordances sera présentée.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu