Les résumés complets seront bientôt en ligne

Poster - Vendredi 9 Octobre 2020

Résumé N° : P_045

Transplantation hépatique pour cirrhose alcoolo-métabolique: Quel impact pour le greffon ?

Domitille Erard-Poinsot* (Lyon), Francois Villeret (Lyon), Valérie Hervieu (Lyon), Olivier Guillaud (Lyon), Jean-Yves Scoazec (Lyon), Cyrielle Caussy (Lyon), Disse Emmanuel (Lyon), Olivier Boilot (Lyon), Jérome Dumortier (Lyon)

Introduction : En Europe, la maladie alcoolique du foie (MAF) est la première indication de transplantation hépatique (TH). La cirrhose dysmétabolique (CirNASH) est une indication émergente de TH. Les malades sont classés sur liste d’attente de TH soit en MAF ou cirNASH pourtant certains patients ont à la fois une consommation excessive d’alcool et un syndrome métabolique ce qui définirait le concept de cirrhose alcoolo-métabolique. L’objectif de cette étude était d’évaluer dans une cohorte de patient TH pour MAF, la prévalence de la cirrhose alcoolo-métabolique avant la greffe, et l’impact sur le greffon.

Patients et méthodes / ou matériel et méthodes : De 1990 à 2010, tous les patients TH pour une MAF ont été inclus. La cirrhose alcoolo-métabolique avant la greffe était définie par une consommation excessive d’alcool et une obésité associée à un diabète et/ou une hypertension artérielle. Les patients TH pour cirNASH ont été également inclus comme groupe contrôle (n=24). Avant la greffe, les patients étaient classés en trois groupes : MAF« pure », alcoolo-métabolique et cirNASH. Des données cliniques (syndrome métabolique, consommation d’alcool) et histologiques (biopsies protocolaires tous les 5 ans) ont été collectées après la TH. L’analyse des lésions histologiques de stéatose et de stéatohépatite ont été réalisées à partir de l’algorithme de FLIP et la fibrose a été évaluée selon les stades de Kleiner.

Résultats : Sur les 366 patients qui ont été TH pour MAF: 333 (90,9%) pouvaient finalement être classés comme MAF « pure » et 33 (9,0%) comme des cirrhoses alcoolo-métaboliques. La part des TH pour cirrhose alcoolo-métabolique a progressivement augmenté avec le temps de 1,4% de 1990-1994 à 6,4% entre 2005 et 2010. Après la TH, les patients du groupe alcoolo-métabolique avaient deux fois plus de syndrome métabolique que les patients TH pour MAF « pure » (66,7% vs. 42,9%, p=0.009) mais deux fois moins de récidive d’une consommation d’alcool (15,2% vs 32,1%, p=0.043). Un total de 926 biopsies du greffon ont été analysées. L’incidence cumulée de stéatose et de stéatohépatite du greffon était significativement plus importante dans le groupe alcoolo-métabolique et dans le groupe cirNASH comparé au groupe MAF “pure”. En revanche, il n’y avait pas de différence concernant l’incidence cumulée de fibrose significative et avancée (Figure 1). Après la greffe, les patients alcoolo-métaboliques présentaient plus de lésions histologiques (stéatose et stéatohépatite) liées au syndrome métabolique que les patients MAF « pure » et inversement les patients MAF « pure » présentaient plus de lésions liées à la récidive d’une consommation d’alcool.

Conclusion : Nos résultats suggèrent, à partir d’une population de patients TH pour MAF, que la cirrhose alcoolo-métabolique est une entité à part entière.
Elle représente comme la cirNASH une indication émergente de TH. Après la greffe, les patients TH pour cirrhose alcoolo-métabolique sont à haut risque de syndrome métabolique et de lésions histologiques du greffon comparés aux patients TH pour MAF pure.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu