Les résumés complets seront bientôt en ligne

Poster - Vendredi 9 Octobre 2020

Résumé N° : P_046

Caractéristiques hémodynamiques des patients cirrhotiques en insuffisance rénale aiguë : résultats de l’étude pilote prospective CIRREN

Sanaa Brahmia (Lyon), Grégoire Wallon (Lyon), Céline Guichon (Lyon), Domitille Poinsot (Lyon), Pauline Devauchelle (Lyon), Clothilde Miaglia (Lyon), Maynard Marianne (Lyon), Mathieu Gazon (Lyon), Serge Duperret (Lyon), Frédéric Aubrun (Lyon), Mehdi Zoulim (Lyon), Fanny Lebossé* (Lyon)

Introduction : L’insuffisance rénale aiguë (IRA) est associée à un mauvais pronostic pour les patients cirrhotiques décompensés. Parmi les causes d’IRA, le syndrome hépatorénal (SHR) est une complication sévère de l’hypertension portale, favorisée par des modifications hémodynamiques spécifiques. Le développement d’une cardiopathie avec dysfonction diastolique pourrait être un facteur prédictif de SHR. Aucune étude n’a rapporté les modifications hémodynamiques concomitantes de l’IRA dans une population de patients cirrhotiques.

Patients et méthodes / ou matériel et méthodes : 26 patients cirrhotiques avec ascite et une IRA d’origine non organique (définition du Club International de l’Ascite) ont été recrutés prospectivement. Une échocardiographie cardiaque transthoracique (ETT) était réalisée pour chaque patient avant expansion volémique (EV). Le diagnostic final (SHR ou IRA fonctionnelle (IRAf) répondant à l’EV) était posé après 48 heures de prise en charge. Les critères d’exclusion comprenaient la présence d’une thrombose porte, d’un shunt intrahépatique portosystémique ou d’une cardiopathie sous-jacente.

Résultats : Malgré un recrutement limité par des critères d’inclusion (absence d’EV préalable) et d’exclusion, 26 patients ont pu être inclus (n=24 hommes ; n=19 hépatopathies liées à l’alcool). Les médianes du score MELD, de la créatininémie et de la natrémie étaient respectivement 27,5 (20,2-32,5), 136µmol/L (123-158) et 132,5mmol/L (129,2-136,5). La pression artérielle moyenne médiane était de 74 mmHg (63,7-85,7). Les données de l’ETT avant EV étaient les suivantes : fraction d’éjection du ventricule gauche (VG) médiane à 60% (60–65), vitesse médiane de l’onde e’ latérale à 9,5 (9–11,75) et rapport e/e’ médian à 7,5 (6,6–9). 16 patients présentaient une dysfonction diastolique selon la définition internationale. Un patient a été exclu en raison de pression de remplissage du VG (PRVG) élevées présageant une mauvaise tolérance à l’EV. Le diagnostic de SHR était porté pour 9 patients et 7 patients décédaient dans le mois suivant l’inclusion. La natrémie à l’inclusion était significativement plus basse dans le groupe SHR que dans le groupe IRAf (médianes 130 et 133,5 mmol/L p=0,03). Aucune autre différence significative n’a été retrouvée entre les groupes SHR et IRAf et selon le devenir du patient à 1 mois. Parmi les 7 patients décédés, 3 présentaient un SHR et 5 une onde e’ latérale

Conclusion : Cette étude pilote décrit pour la première fois des données d’ETT de patients cirrhotiques en IRA non organique. Une épreuve d’EV a été évitée à un patient avec des PRVG élevées sans signe clinique de surcharge. Une étude multicentrique serait nécessaire pour analyser l’association possible entre les modifications de l’hémodynamique cardiaque d’une part et le diagnostic, le pronostic de l’IRA du patient cirrhotique ainsi que la tolérance à l’EV d’autre part.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu