Mercredi 29 septembre 2021 - 13h42

Résumé N°: CO_02

L’expression hépatocytaire de l’isoforme A du récepteur de l’insuline augmente la sensibilité à la carcinogenèse hépatique dépendante de la voie de la beta-caténine chez la souris

F. Léandre*, C. Godard, A. Caldiero, S. Colnot, A. Gougelet, C. Desbois-Mouthon (Paris)

Introduction : Le récepteur de l’insuline (IR) existe sous deux isoformes, IR-A et IR-B, dérivées de l’épissage alternatif de l’exon 11 dans l’ARN pré-messager. IR-B est exprimé par l’hépatocyte adulte et relaie les voies classiques de l’insuline, tandis que IR-A est exprimé dans le foie en développement et lie non seulement l’insuline, mais également l’IGF-II et la pro-insuline. Dans les tumeurs humaines de carcinome hépatocellulaire, une augmentation du ratio IR-A/IR-B a été rapportée et associée à une dérégulation de l’épissage alternatif. Un ratio tumoral IR-A/IR-B élevé est corrélé à des marqueurs d’agressivité et à un mauvais pronostic. Par ailleurs, des études ont montré que le ratio IR-A/IR-B pouvait être dérégulé dans des foies pathologiques non tumoraux. Au vu de ces résultats, nous avons souhaité étudier l’impact de l’expression hépatocytaire de IR-A sur l’homéostasie hépatique et la susceptibilité à la carcinogenèse.

Patients et méthodes ou matériels et méthodes : Une stratégie CRISPR hépatospécifique utilisant des AAV exprimant la nucléase saCas9 et des ARN guides (AAV-sgInsr) a été développée afin de promouvoir la délétion de l’exon 11 (spécifique de Ir-b) dans le gène Insr de la souris adulte et ainsi substituer Ir-b par Ir-a dans l’hépatocyte. Un AAV ciblant le locus neutre Rosa26 est utilisé comme contrôle. Le métabolisme glucidique a été évalué par des tests de tolérance à l’insuline (ITT) et au glucose (IGTT). Les AAV ont été injectés à des souris sauvages et des souris Apclox/lox chez lesquelles le perte d’Apc a été induite un mois plus tard par injection d’un adénovirus codant la Cre recombinase (souris Ir-aHep/ApcDHep). Le développement tumoral a été suivi par échographie.

Résultats : Chez les souris sauvages, les AAV-sgInsr induisent un mois après injection une délétion de l’exon 11 (~40% de l’ADN génomique du foie), une augmentation de l’expression de Ir-a et une diminution de l’expression de Ir-b sans modification de l’expression totale des transcrits. L’analyse histologique des foies ainsi que les ITT et IGTT ne montrent pas d’anomalie. Chez les souris Apclox/lox, l’expression hépatocytaire de Ir-a induit une accélération de l’initiation tumorale ainsi qu’une augmentation de la multiplicité tumorale. Les tumeurs obtenues chez les souris Ir-aHep/ApcDHep sont activées pour la voie de la b-caténine mais ne sont cependant pas excisées dans le locus Insr. Une analyse transcriptomique révèle deux groupes de tumeurs dont l’un présente une forte induction de marqueurs onco-foetaux.
Conclusion: L’expression de Ir-a dans le parenchyme hépatique ne semble pas impacter l’homéostasie du foie à court terme. Des analyses à long terme sont envisagées. Par contre, la présence de Ir-a accroit la susceptibilité à la carcinogenèse hépatique induite par l’activation constitutive de la b-caténine. Les hépatocytes exprimant Ir-a pourraient fournir un environnement propice à la transformation des hépatocytes ApcDHep. Cet environnement est en cours de caractérisation.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

 

Fermer le menu