Jeudi 30 septembre 2021 - 08h17

Résumé N°: CO_07

Évaluation de la connaissance et de la prise en charge des maladies chroniques du foie par les médecins généralistes et les diabétologues en France en 2020

C. Canivet*, J. Brisseau, L. Judon, M. Le Roch, A. Lannes, S. Smati, B. Cariou, W. Bellanger, B. Guerci, J. Boursier (Angers, Nice, Nantes)

Introduction : Les maladies chroniques du foie (MCF) sont très fréquentes, avec notamment la NAFLD qui atteint 25% de la population mondiale. Du fait de cette prévalence importante, la participation active des médecins généralistes (MG, au contact de la population générale) et des diabétologues (dont les patients sont à haut risque de NAFLD) est importante pour l’identification des MCF avancées nécessitant une évaluation hépatique spécialisée. L’objectif de cette étude était d’évaluer la perception et les pratiques des MG et des diabétologues concernant les MCF.
Patients et méthodes ou matériels et méthodes: Un questionnaire a été envoyé par email aux MG des régions Ouest et Sud de la France et aux diabétologues appartenant à la société francophone du diabète. La 1ère partie du questionnaire comprenait 6 questions sur les caractéristiques des participants. La 2ème partie comprenait 7 questions sur l’épidémiologie des MCF et l’évolution des facteurs de risque hépatique sur les 10 dernières années. La 3ème partie comportait 10 questions sur la prise en charge des MCF.

Résultats : 678 questionnaires ont été complétés (500 MG et 178 diabétologues). L’âge médian était de 49 ans (39-59). La prévalence des MCF était sous-estimée par 90% des MG tandis qu’elle était bien évaluée par 41% des diabétologues. Moins de 20% des participants connaissaient le taux de carcinome hépatique diagnostiqué au stade de complication. Presque tous les participants évaluaient correctement l’augmentation de la prévalence de la NAFLD sur les 10 dernières années. Les connaissances étaient meilleures chez les sujets jeunes et les diabétologues.
Pour le suivi des MCF, les marqueurs d’inflammation hépatique étaient réalisés systématiquement tandis que les marqueurs de sévérité hépatique étaient prescrits par moins de 50% des participants. Les tests non invasifs d’évaluation de la fibrose hépatique étaient connus pour 74% des MG et 97% des diabétologues. Le FibroScan® et le Fibrotest® étaient les tests les plus connus, bien qu’ils soient peu disponibles chez ces médecins. En revanche, le FIB4, (simple gratuit et accessible par tout médecin) était connu par moins de 30% des diabétologues et moins de 15% des MG.

Conclusion : Les MG et les diabétologues ont une connaissance limitée des MCF, malgré la forte prévalence de ces maladies. Des efforts d’éducation auprès des MG et des diabétologues sont donc nécessaires pour initier des parcours patients qui permettront d’amener les patients avec une MCF avancée compensée vers le spécialiste.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu