Jeudi 30 septembre 2021 - 08h53

Résumé N°: CO_10

Dépistage des maladies chroniques du foie par calcul automatique du FIB-4 en Centre Hospitalo-Universitaire

A. Delamarre, V. Legal, M. Irlès-Depé, M. Decraecker, P. Hermabessière, G. Boillet, J. Foucher, ML. Bats, N. Ong, MC. Beauvieux, V. Gilleron, V. De Lédinghen* (Bordeaux)

Introduction : Les tests non invasifs sont utilisés pour le dépistage de la fibrose avancée dans certaines maladies chroniques comme le diabète par exemple. Par contre, leur utilité en population générale est débattue. Le but de cette étude prospective était d’évaluer l’intérêt du calcul automatique du FIB-4 au sein d’un CHU pour le dépistage de maladies sévères du foie chez des patients non connus pour une telle pathologie.
Patients et méthodes ou matériels et méthodes: De septembre 2019 à mars 2020, le FIB-4 a été calculé automatiquement chez tous les patients (de 18 à 70 ans) ayant un bilan biologique comprenant plaquettes et transaminases réalisé par le CHU. Les patients venant des services de réanimation, oncologie, gynécologie ou hépatologie ont été exclus. En cas de FIB-4 >2,67, les dossiers médicaux ont été revus pour exclure les faux positifs (thrombopénie ou cytolyse connue, hépatopathie chronique connue, événement aigu associé à une cytolyse ou une thrombopénie). Tous les autres patients ont été contactés et il leur a été proposé une consultation avec une mesure de l’élasticité hépatique par FibroScan®.

Résultats : 16100 FIB-4 ont été calculés automatiquement. Les résultats principaux sont présentés dans la Figure et le Tableau 1. Le FIB-4 était > 2,67 chez 1165 patients (7,3%), dont 809 étaient considérés comme faux positifs. Ainsi, 356 patients avaient un FIB-4 élevé qui nécessitait une seconde évaluation (soit 2,2% des 16100 patients). Ces patients étaient principalement issus des services des urgences (n=58), cardiologie (n=52), médecine interne (n=46), gastroentérologie (n=18) et endocrinologie (n=17). 159 patients (44,7%) sont venus à la seconde évaluation. Parmi eux, 95 avaient un FibroScan® < 8 kPa et ont été classés comme indemnes de maladie hépatique. Cependant, 21 d’entre eux (22%) avaient un questionnaire AUDIT élevé (>8). Parmi les 159 patients, 64 (40,3%) avaient une maladie hépatique chronique. Ils venaient des services des urgences (n=21), cardiologie (n=15), médecine interne (n=6) et endocrinologie (n=6). Les principales causes étaient l’alcool (n=30, 46,8%), la stéatopathie métabolique (NAFLD) (n=16, 25%), et l’insuffisance cardiaque (n=13, 20,3%).

Conclusion : Dans cette étude conduite en population générale, le calcul automatique du FIB-4 permet l’identification d’individus suspects de maladie hépatique sévère dans 30,6% des cas. Après mesure du FibroScan®, 40,3% de ces patients avaient effectivement une maladie chronique hépatique (>8kPa). Le calcul automatique du FIB-4 devrait être utilisé dans tous les hôpitaux car il permet de détecter des patients avec maladie hépatique sévère sans surcharger les services car seulement 2% des patients nécessitent une seconde évaluation.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu