Jeudi 30 septembre 2021 - 12h18

Résumé N°: CO_17

Modèle préclinique d’étude de l’émergence des lymphocytes T CD4+ spécifiques d’un antigène hépatique

A. Cardon*, JP. Judor, A. Nicot, S. Conchon, A. Renand (Nantes)

Introduction : La génération de lymphocytes T (LT) régulateurs, la déplétion des LT naïfs ou l’induction d’une anergie des LT effecteurs sont des mécanismes connus du foie pour induire une tolérance vis-à-vis des antigènes qu’il présente. Cependant, l’émergence de LT CD4+ spécifiques d’un antigène hépatique, ayant un rôle dans l’auto-immunité au niveau du foie, est peu étudiée. Nous émettons l’hypothèse que l’analyse de la biologie des LT CD4+ spécifiques d’un antigène hépatique, dans les phases précoces de leur apparition, permettra de connaitre les premiers rouages de l’auto-immunité hépatique. Pour répondre à cette question, nous proposons un modèle préclinique de la mise en place d’une réponse adaptative vis-à-vis d’un antigène hépatique.
Patients et méthodes ou matériels et méthodes: Notre modèle est basé sur l’expression d’un antigène, l’hémagglutinine (HA), par les hépatocytes (souris issues d’un croisement des souches transgéniques TTR CREind x ROSA HAfl) qui peut être induit par l’utilisation du tamoxifène. L’utilisation de tétramères de classe II et d’un test ELISA nous permet de suivre et d’étudier respectivement les réponses T CD4+ et anticorps spécifiques de l’antigène HA.

Résultats : En accord avec les propriétés tolérogènes du foie, l’expression hépatique de HA en condition non-inflammatoire, grâce au tamoxifène, n’aboutit pas à l’émergence d’une réponse immune dirigée contre l’antigène HA. En revanche, l’expression hépatique de HA en condition inflammatoire, après injection intra-veineuse d’un adénovirus à tropisme hépatocytaire codant pour la recombinase CRE (AdCRE), conduit à une réponse anti-HA humorale et cellulaire (LT CD4+ HA-spécifiques). Les LT CD4+ HA-spécifiques sont détectables dans le foie et la rate pendant plus de 12 semaines après l’injection de l’AdCRE. Nous observons une accumulation d’anticorps anti-HA de type IgG1, aux propriétés anti-inflammatoires, reflétant une réponse chronique vis-à-vis de l’antigène HA. En comparaison, une immunisation périphérique classique (vaccination intra-musculaire à l’aide d’un plasmide codant pour HA) aboutit à une réponse anti-HA humorale et cellulaire caractérisée par la présence de LT CD4+ HA-spécifiques seulement dans la rate et à l’accumulation d’anticorps anti-HA de type IgG2a, pro-inflammatoires.

Conclusion : Notre étude démontre qu’un mécanisme de réaction croisée entre l’expression hépatique d’un antigène et une inflammation hépatique concomitante est suffisant pour induire une réponse adaptative vis-à-vis d’un antigène hépatique. Dans ce modèle, la persistance des LT CD4+ HA-spécifiques et des anticorps anti-HA semblent représenter la première étape d’une mise en place d’une auto-réactivité vis-à-vis d’un antigène au niveau du foie. Notre capacité à détecter avec une grande sensibilité les LT CD4+ spécifiques de l’antigène HA au niveau du foie nous permettra d’identifier les gènes impliqués dans les prémices de l’auto-immunité hépatique.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu