Jeudi 30 septembre 2021 - 14h30

Résumé N°: CO_18

La valeur du gradient de pression veineux hépatique comme facteur prédictif du risque de saignement en per-opératoire de transplantation hépatique

M. Giabicani, P. Joly*, O. Roux, S. Janny, B. Grigoresco, L. Khoy-Ear, F. Durand, F. Dondero, F. Cauchy, S. Dahmani, PE. Rautou, E. Weiss (Clichy)

Introduction: En Europe, la cirrhose est la principale indication de transplantation hépatique (TH). La TH est une chirurgie à risque hémorragique élevé, nécessitant un recours fréquent à la transfusion, responsable d’une morbi-mortalité péri-opératoire accrue (1). Le risque de saignement per-TH est à l’heure actuelle évaluée par le score MELD, reflet du degré d’insuffisance hépatocellulaire (2). L’hypertension portale (HTP), élément central de la coagulopathie des malades atteints de cirrhose, n’est que peu prise en compte. Dans notre centre, un cathétérisme hépatique est réalisé dans le cadre du bilan pré-TH des malades atteints de cirrhose pour mesurer de manière objective l’intensité de l’HTP. Aussi, l’objectif de ce travail était d’évaluer l’impact de la valeur du gradient de pression veineux hépatique (GPVH) sur le risque hémorragique peropératoire de TH.

Patients et méthodes ou matériels et méthodes: Étude rétrospective observationnelle, réalisée à partir d’une base de données prospective, incluant tous les malades atteints de cirrhose transplantés hépatiques ayant une valeur de GPVH préopératoire disponible entre janvier 2010 et novembre 2020. Les résultats sont présentés en nombres (%) ou médianes [IQR]. L’analyse statistique utilisait les tests non paramétriques appropriés et une régression linéaire (variables quantitatives) ou une régression logistique (variables qualitatives).

Résultats: Sur la période de l’étude, 468 patients ont été inclus dans l’analyse (âge 57 ans [51-63], sexe masculin 75%, MELD 16 [11-24]). La cirrhose était principalement liée à une consommation excessive d’alcool (56%) et/ou un syndrome métbolique (23%). 35% des patients présentaient un CHC. Le GPVH médian était de 17 mmHg [13-22]. En analyse univariée, l’augmentation du GPVH s’accompagnait d’une majoration des pertes sanguines peropératoires (p <0,01), du nombre de culots de globules rouges (CGR) transfusés (p <0,01) et de la dose maximale de noradrénaline (p<0,01). Les résultats de l’analyse multivariée sont présentés dans le tableau 1. De manière intéressante, le GPVH permettait de prédire le saignement et le recours à la transfusion indépendamment d’autres facteurs influençant le risque hémorragique tels que la valeur du score MELD, le taux de plaquettes préopératoire, l’utilisation peropératoire d’une anastomose porto-cave (APC) temporaire et la perfusion d’acide tranexamique (tableau 1). Enfin, le GPVH permettait également de prédire l’intensité de l’instabilité hémodynamique peropératoire indépendamment du score MELD et de l’utilisation d’une APC.

Conclusion: Le GPVH est un facteur de risque indépendant de saignement, de transfusion et de recours à des doses importantes de noradrénaline en per-opératoire de TH pour cirrhose. Ces résultats suggèrent que sa mesure systématique en pré-TH pourrait permettre d’anticiper au mieux la gestion per-opératoire de ces patients voire d’améliorer ainsi la morbi-mortalité post-opératoire.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Références : 1. Li C, Mi K, Wen TF, Yan LN, Li B, Wei YG, et al. Risk factors and outcomes of massive red blood cell transfusion following living donor liver transplantation. J Dig Dis. mars 2012;13(3):161‑7.
2. Pandey CK, Singh A, Kajal K, Dhankhar M, Tandon M, Pandey VK, et al. Intraoperative blood loss in orthotopic liver transplantation: The predictive factors. World J Gastrointest Surg. 27 juin 2015;7(6):86‑93.

Fermer le menu