Jeudi 30 septembre 2021 - 17h30

Résumé N°: CO_25

Recanalisation portale dans le contexte de cavernome portal non cirrhotique non tumoral compliqué d'hypertension portale sévère: résultats à long terme

F. Artru*, N. Vietti-Violi, C. Sempoux, J. Vieira-Barbosa, F. Becce, N. Sah, A. Marot, P. Deltenre, E. Moschouri, M. Fraga, A. Hocquelet, R. Duran, D. Moradpour, PE. Rautou, A. Denys (Lausanne, Namur, Bruxelles, Paris)

Introduction : Les patients présentant un cavernome portal d’origine non tumoral et non cirrhotique peuvent développer des complications sévères de l’hypertension portale (HTP). Pour ces patients souvent en impasse thérapeutique, nous avons développé une procédure de recanalisation portale (PRP) sans mise en place de shunt intrahépatique portosystémique par voie transjugulaire (TIPS) et souhaitions rapporter les résultats à long terme de cette approche thérapeutique.

Patients et méthodes ou matériels et méthodes : Tous les patients ayant bénéficié d’une PRP sans mise en place de TIPS en contexte de cavernome portal non cirrhotique et non tumoral compliqué d’HTP sévère au centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) entre 01.2000 et 12.2019 ont été inclus rétrospectivement. La dysfonction de stent était définie par la survenue d’une occlusion du stent et/ou la récidive de symptômes en rapport avec l’HTP.

Résultats : 31 patients ont été inclus dont les causes de cavernome étaient une thrombophilie systémique (N=12 ; 39%), une pancréatopathie (N=10, 32%) et une chirurgie abdominale (N=9, 29%). Seize patients (52%) ne présentaient pas d’extension intrahépatique de l’obstruction alors que 28 patients (90%) présentaient une extension splénique et/ou mésentérique. Les indications de PRP étaient des hémorragies sur HTP récurrentes ou réfractaires (N=13 ; 42%), les douleurs abdominales récurrentes (N=7 ; 23%), une chirurgie abdominale planifiée (N=4 ; 13%), une cholangiopathie portale (N=3 ; 10%), une ascite (N=1 ; 3%) ou une autre cause (N=3 ; 10%). La PRP était réalisée avec succès chez 27 patients (87%). Les facteurs de risque d’échec de PRP étaient une extension de l’obstruction dans le réseau veineux portal intrahépatique (p=0.005) et une indication de PRP pour douleurs abdominales (p=0.02). Six patients (20%) ont présenté des complications post-PRP dont trois hémorragies traitées conservativement. Aucun décès en lien avec la procédure n’a été observé. Vingt et un patients (78%) ont été traités par anticoagulation efficace juste après le geste et 18 patients (67%) ont poursuivi le traitement à long terme. Après un suivi médian de 50 mois (22-76), la survie sans dysfonction de stent à 5 ans était de 70% (IC à 95% : 51-89) (Figure 1). Les facteurs associés à une dysfonction de stent à 5 ans étaient une PRP pour douleurs abdominales (p=0.03) et une hémoglobine plus élevée avant PRP (p=0.04). Le mode d’anticoagulation n’était pas associé à la dysfonction de stent. Après PRP réalisée avec succès, on observait une amélioration de la sarcopénie évaluée radiologiquement (p=0.009) et une tendance à l’augmentation du volume du foie (p=0.06).

Conclusion : Chez des patients sélectionnés présentant un cavenorme portal non cirrhotique et non tumoral avec HTP sévère, une PRP était réalisée avec succès et sans complication dans un majorité des cas et permettait de contrôler les complications en lien avec l’HTP dans presque ¾ des cas à 5 ans et d’améliorer la sarcopénie évaluée radiologiquement.
L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu