Jeudi 30 septembre 2021 - 18h18

Résumé N°: CO_29

Comparaison de la Trientine tétrahydrochloride et de la D-pénicillamine pour le traitement de la maladie de Wilson

O. Guillaud*, E. Couchonnal, A. Belmalih, A. Poujois, A. Lachaux (Lyon, Paris)

Introduction: La maladie de Wilson (MW), maladie héréditaire et chronique, est liée à une accumulation de cuivre dans l’organisme. Le traitement, à prendre à vie, a pour objectif de réduire l’accumulation de cuivre, plus particulièrement la diminution du Cuivre libre toxique [Cuivre non-lié à la céruloplasmine (NCC)]. La D-pénicillamine (DP) est le chélateur utilisé en première intention dans le traitement de la maladie de Wilson. La trientine, un autre chélateur, est indiquée chez les patients intolérants à la DP. Il n’existait pas à ce jour d’étude de phase III comparant la DP à la trientine. L’objectif de cette étude est de déterminer si la nouvelle formulation de trientine (TETA4) est une alternative efficace et sûre à la DP comme traitement d’entretien de la maladie de Wilson.

Patients et méthodes ou matériels et méthodes: Etude de phase 3 de non-infériorité, randomisée, multicentrique, internationale, comparant l’efficacité et la tolérance de TETA4 vs DP chez 53 patients adultes atteints de la MW stables sous DP depuis au moins un an. Les patients ont été randomisés pour soit continuer sous DP (n= 27) soit changer pour TETA4 (n=26) avec une équivalence de dosage 1 mg pour 1 mg. Dans les deux groupes, la posologie a été ajustée lors des visites de suivi selon le NCC (cible : 25-150 μg/L) et la cuprurie des 24H (CuU) (cible : 200-500 μg/j) pour atteindre les cibles prédéfinies. L’efficacité était évaluée par la mesure à la 24ème semaine (S24) du NCC modifié (critère principal de jugement) et la CuU. Un suivi des tests biologiques hépatiques et de l’état clinique avec mesure de l’échelle neurologique (UWDRS) était également réalisé à chaque visite.

Résultats: A S24, le NCC était respectivement de 46,5 et 55,7 μg/L sous DP et TETA4, avec une différence moyenne estimée de – 9,2 μg/L (IC 95% (-24,4 ; 6,0)), sans différence significative (marge de Non infériorité : -50 μg/L). Au moment de la randomisation, la CuU moyenne était comparable [bras DP 516 (262) vs bras TETA4 547 (299) μg/24h]. A S24, la CuU était plus faible avec TETA4 avec une différence moyenne estimée à 236 μg/24h (p= 0,0004), sans élévation des tests de la fonction hépatique ou aggravation de l’état clinique (UWDRS inchangé). Dans les deux groupes, la posologie médiane à la fin de l’étude était de 900 mg. Il y a eu 5 effets indésirables graves dans le groupe DP, aucun sous TETA4. Tous les EI (63% DPA, 54% TETA4) se sont résolus et étaient de nature légère à modérée.

Conclusion: TETA4 permet de contrôler efficacement le taux sérique de NCC malgré une cuprurie plus faible qu’avec la DP sans aggravation clinique ou biologique. Le NCC modifié est cohérent avec l’évaluation clinique et constitue un biomarqueur utile pour le suivi du traitement de la MW. La molécule (TETA4) a une bonne tolérance avec moins d’effets indésirables que la DP.
TETA4 est un traitement efficace et bien toléré et représente une alternative intéressante comme traitement d’entretien dans la MW. Des données à 1 an seront disponibles pour le congrès.

Déclaration de conflit d’intéret:
Dr GUILLAUD – Dr COUCHONNAL- Pr LACHAUX – Dr POUJOIS participent au board ORPHALAN
Remerciements: l’ensemble des investigateurs de CHELATE
Références: ClinicalTrials.gov : NCT03539952; Financé par Orphalan SA, France

Fermer le menu