Vendredi 1er octobre 2021 - 09h12

Résumé N°: CO_33

Valeur pronostique du taux plasmatique de la Progastrine circulante (hPG80), seul ou en combinaison avec l'alpha-foetoprotéine (AFP) chez les patients atteints de carcinome hépatocellulaire (CHC)

E. Assenat*, M. Dupuy, S. Illtache, GP. Pageaux, S. Faure, J. Ursic Bedoya, H. Guillaumée, D. Joubert, A. Prieur (Montpellier, Prilly)

Introduction : L’AFP est le biomarqueur le plus utilisé pour le pronostic du CHC. La hPG80 est présente dans le sang de plusieurs types de cancer (1). L’objectif de cette étude était d’évaluer la valeur pronostique de l’hPG80 plasmatique chez les patients atteints de CHC, en combinaison ou non avec l’AFP.

Patients et méthodes ou matériels et méthodes: 168 patients atteints de CHC (BCLC de 0 à D) pris en charge avec des traitements locaux ou systémiques, (biobanque “”Liverpool”” Montpellier) ont été enrôlés prospectivement et analysés rétrospectivement. L’hPG80 a été quantifiée à l’aide du kit DxPG80 (ECS-Progastrin) et l’AFP à l’aide du Cobas E411 dans le sang de patients atteints de CHC à jeun. Une valeur seuil optimale de la hPG80 (4,5 pM) a été identifiée en calculant la valeur p minimale basée sur la méthode du log-rank. Le seuil d’AFP retenue est de 100 ng/mL (2). L’impact pronostique des taux d’hPG80 et d’AFP sur la survie des patients a été évalué à l’aide de courbes de Kaplan-Meier et de tests log-rank.

Résultats: La survie globale médiane de la cohorte complète est de 20,9 mois. Il n’y avait pas de corrélation entre les taux d’AFP et d’hPG80 (Pearson r = -0,040). Les taux d’HPG80 n’étaient pas corrélés avec le stade BCLC, la taille de la tumeur ou l’origine de la cirrhose. Il y avait par contre une corrélation positive avec la présence d’une invasion vasculaire (p= 0,0182), le score de la glutamine synthase (0,0068), l’aspect en histologie pseudoglandulaire (p= 0.0209) ou stéatosique (p=0.0358) du CHC ; Et une corrélation inverse avec l’expression en IHC de EPCAM, P53 ou CK19 (p= 0.0088). Les patients atteints de CHC avec des niveaux élevés de hPG80 (hPG80+ : >4,5 pM, 105/168) avaient un pronostic significativement plus mauvais (12,4 mois vs NA, p < 0,0001). De même, les patients présentant un taux élevé d’AFP (AFP+ : >100 ng/mL, 69/165) avaient un pronostic significativement plus mauvais (7,2 mois vs NA, p < 0,0001).
Pour améliorer la stratification, les patients ont été répartis en quatre groupes : hPG80-/AFP- (n = 42), hPG80+/AFP- (n = 54), hPG80-/AFP+ (n = 21) et hPG80+/AFP+ (n = 48). Dans le groupe AFP-, les patients hPG80+ avaient un pronostic significativement plus mauvais (26,3 mois vs NA, p=0,0087). De même, dans le groupe AFP+, les patients hPG80+ avaient un pronostic significativement plus mauvais (5,7 mois versus 13,4 mois, p = 0,0391).
Enfin, il est intéressant de noter que dans le groupe BCLC 0 à B (dans lequel les niveaux d’AFP sont généralement bas), les patients hPG80+ (n=46) avaient un pronostic significativement plus mauvais que les hPG80- (n=33) (25 mois, p = 0.0064). Ces résultats sont aussi retrouvés avec un seuil d’AFP à 20ng/mL.

Conclusion: Nos résultats montrent que la hPG80 pourrait servir de nouveau biomarqueur pronostique dans le CHC. Utilisé en combinaison avec l’AFP, il améliore la stratification des patients de bon et de mauvais pronostic quel que soit le stade de la maladie et en particulier pour les patients ayant une AFP négative et un CHC de stade précoce.
L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Références: 1-You et al, EBIO Medecine 2020
2-Notarpaolo et al, J hepatol 2016

Fermer le menu