Vendredi 1er octobre 2021 - 16h06

Résumé N°: CO_41

Estimation de la prévalence des admissions pour encéphalopathie hépatique clinique sur cirrhose en France

D. Thabut*, H. Hagège, C. Tamberou, C. Compagne, I. Leurs (Paris, Créteil, Issy-Les-Moulineaux, Rueil-Malmaison)

Introduction : L’encéphalopathie hépatique clinique (EHC) est une complication grave de la cirrhose. La prévalence de la cirrhose en France est estimée actuellement à 500 000 personnes, et celle de l’EHC n’est pas bien connue, notamment en raison d’une absence de code CIM10 spécifique. Les objectifs de cette étude étaient d’estimer la prévalence et de décrire la population des patients ayant une EHC sur cirrhose admis à l’hôpital.

Patients et méthodes ou matériels et méthodes : L’analyse a été effectuée à partir des données PMSI MCO sur la période de 2014 à 2018. La pathologie ne disposant pas à ce jour de code CIM10 spécifique, dans cette étude tous les patients ayant une maladie alcoolique du foie (K70) ou d’autres atteintes hépatiques comme insuffisance hépatique (K72), ascite (R18) ou ictère (R17), associés à une atteinte neurologique (R40 ou R41 ou G92 ou G93 ou E88) ont été inclus. Pour identifier les patients avec EHC, les codes ont été recherchés en DP (diagnostic principal) « ou » en DR (diagnostic relié) « ou » en DAS (diagnostic associé significatif). En ce qui concerne l’étude des hospitalisations pour EHC, seuls les séjours en DP ou DR seront analysés.

Résultats : Cette analyse sur 5 ans durant la période 2014-2018 a permis d’identifier 57 191 patients atteints d’EHC dont 48 566 patients (85%) ayant fait deux séjours et plus. En moyenne, chaque année, 22 321 patients étaient hospitalisés en France pour une EHC en motif principal ou secondaire (en DP/DR ou DAS) dont 12 765 deux fois et plus. L’âge moyen des patients était de 63,8 ans et le sex-ratio de 3 hommes pour une femme. Au total sur la période de 5 années d’étude, 160 955 séjours, soit 32 191 hospitalisations par an, avaient pour motif principal (en DP ou en DR) une EHC sur cirrhose. Ces séjours donnaient lieu à 769 738 journées d’hospitalisation sur la période. Les hospitalisations complètes représentaient 45% des séjours (73 007). Parmi elles, les admissions via les urgences étaient fréquentes : 55%, les séjours en réanimation également : 15%. La DMS était élevée : 10,5 journées. En moyenne, les patients hospitalisés pour une EHC étaient hospitalisés 3,4 fois par an. Pour l’ensemble des patients identifiés (57 191) souffrant d’EHC, le pronostic était souvent péjoratif en termes de mortalité. Le nombre de décès sur la période de 5 ans s’élevait à 26 621 soit 46,5%.

Conclusion : Cette analyse confirme la fréquence élevée et la gravité de l’EHC sur cirrhose, une pathologie caractérisée par une forte mortalité à court terme. L’EHC représente un fardeau pour la société responsable de 32 000 hospitalisations par an en France. Les séjours pour l’EHC sont récurrents, prolongés avec un parcours de soins complexe. Une nouvelle analyse avec un code spécifique PMSI pour l’EHC, disponible à partir du 2022, devrait permettre de confirmer ces résultats.
Financement Soutien financier des laboratoires Alfasigma et Norgine

Déclaration de conflit d’intérêt :
Pr Dominique Thabut déclare le consulting pour Norgine, Alfasigma, Gore, Gilead, AbbVie, Shionogi et Tillots. Dr Hervé Hagège déclare les liens suivants : Abbvie, Alfasigma, Ferring, Janssen, Norgine, Mayoly Spindler, MSD, Takeda.

Fermer le menu