COMMUNICATIONS AFFICHÉES AFEF 2021

Résumé N° : PO_03

GNS561, un nouvel inhibiteur de PPT-1, actif contre les cellules souches cancéreuses dans le carcinome hépatocellulaire et les métastases hépatiques du cancer colorectal

S. Mezouar*, S. Brun, JM. Pascussi, E. Gifu, E. Bestion, Z. Macekjílková, G. Wang, F. Bassissi, J. Courcambeck, P. Merle, T. Decaens, J. Pannequin, C. Ansaldi, P. Halfon, C. De Fromentel (Marseille, Montpellier, Lyon, Malaga, Grenoble)

Introduction : Les patients atteints d’un carcinome hépatocellulaire avancé (CHC) ou d’un cancer colorectal avancé (CCRm) ont un pronostic peu favorable en raison du manque de traitements efficaces. Comme observé dans plusieurs types de tumeurs, l’efficacité des traitements est entravée par la présence d’une sous-population hautement tumorigène de cellules cancéreuses appelées cellules souches cancéreuses (CSC). En effet, les CSC sont résistantes à la chimiothérapie et à la radiothérapie et ont la capacité de régénérer la masse tumorale. Par conséquent, des médicaments novateurs qui sont efficaces contre les cellules tumorales ainsi que les CSC amélioreraient probablement le traitement du cancer. Ici, nous avons étudié l’activité de GSN561, un nouvel inhibiteur de l’autophagie ciblant PPT-1, contre les CSC dans le CHC et les métastases hépatiques du cancer colorectal.

Patients et méthodes ou matériels et méthodes : La viabilité et l’aldéhyde déshydrogénase (ALDH, un marqueur de CSC dans le cancer) ont été étudié sur les lignées cellulaires Hep3B et Huh7 ; et des lignées cellulaires dérivées de patients mCCR du foie (CPP19, 30, 36 et 45) traitées par GNS561 ou par diluant comme contrôle. Des formations de tumorosphères ont été réalisées et dans certaines expériences les sous-populations de CSC de lignées cellulaires de CHC ont été isolée et quantifiée.

Résultats : Dans cette étude, nous avons démontré que GNS561, un nouvel inhibiteur de PPT-1 induisant l’autophagie provoque la mort cellulaire et montre une activité significative non seulement contre l’ensemble de la population tumorale, mais aussi une sous-population présentant des caractéristiques de CSC (forte activité ALDH et capacité de formation de tumorosphère) dans le CHC et le mCCR du foie. Ces résultats ont été confirmés in vivo dans le CHC à partir d’un modèle cirrhotique de rat induit par le DEN dans lequel le GNS561 réduit la croissance tumorale et la fréquence des CSC (CD90+CD45-).

Conclusion : En conclusion, le GNS561, qui vient de clôturer un essai clinique international de phase 1b dans le CHC, est un composé très prometteur pour le traitement du cancer en ciblant la masse tumorale et la sous-population de CSC.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu