COMMUNICATIONS AFFICHÉES AFEF 2021

Résumé N° : PO_07

Incidence et conséquence de la pyléphlébite associée aux abcès hépatiques à pyogènes

N. Drilhon*, P. Janvier, M. Ronot, G. Rossi, B. Fantin, A. Lefort, F. Durand, O. Roux (Clichy)

Introduction : La prévalence et les conséquences de la pyléphlébite associée aux abcès hépatiques à pyogènes est mal documentée, et sa prise en charge débattue. Le but de cette étude était de d’estimer la prévalence de la pyléphlébite et son impact sur la prise en charge de patients ayant des abcès hépatiques à pyogènes sans facteur de risque de thrombose autre que l’infection.

Patients et méthodes ou matériels et méthodes : Les patients successifs pris en charge pour un abcès hépatique à pyogènes dans notre centre tertiaire entre janvier 2010 et mai 2018 ont été inclus (n=332). Les patients ayant une maladie chronique du foie, un antécédent de transplantation hépatique (n=14), ou un facteur de risque local de thrombose de la veine porte (i.e. pancréatite aiguë, chirurgie abdominale récente, néoplasie digestive) (n=222) ont été exclus. Les examens d’imagerie ont été relus par un radiologue expert dans les maladies du foie. Une évolution défavorable était définie par (i) un échec primaire de traitement, (ii) une récidive dans les 28 jours après la fin du traitement ou (iii) un décès dans les trois mois suivants la prise en charge.

Résultats : 96 patients ont été inclus (âge médian de 62 [47-69] ans, 63 [66 %] hommes). Une documentation bactériologique a été possible chez 68 patients (71%), Escherichia Coli (29%) et Klebsiella spp (26%) étaient les principaux germes en cause. La porte d’entrée était biliaire chez 37 (39%) patients, hematogène chez 21(22%) patients, et indeterminée chez 38 (40%) patients. Trente-huit patients (40%) avaient une pyléphlébite qui intéressait les veines portes, hépatiques ou les deux chez 27 (71%),13 (34%), et deux (5%) patients, respectivement. Les patients ayant une pyléphlébite avaient plus souvent des abcès multiples (nombre médian 2[1-5] vs. 1[1-2], p = 0,02). Tous les patients ont reçu une antibiothérapie (durée médiane 41 [25-42] jours) et 54 patients (56%) ont eu un drainage. La durée de l’antibiothérapie et le recours au drainage n’était pas significativement différents chez les patients avec et sans pyléphlébite (p=0,34 et p=0,59 respectivement). Au total, 17 (45%) patients ayant une pyléphlébite ont reçu une anticoagulation à dose curative. Après un suivi médian de 143 jours, 21 (20%) patients ont eu une évolution défavorable (14 échecs primaires, trois récidives, quatre décès) dont 8 (21%) et 13 (22%) parmi les patients avec et sans pyléphlébite (p=0,581).

Conclusion : La prévalence de la pyléphlébite au cours des abcès du foie à pyogène est estimée à 40%. Celle-ci atteint principalement la veine porte ou l’une de ses branches. La présence d’une pyléphlébite ne semble pas être un facteur de mauvais pronostic.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu