COMMUNICATIONS AFFICHÉES AFEF 2021

Résumé N° : PO_10

Applications cliniques du lien entre IMC et taux de plaquettes au cours de la stéatopathie métabolique

P. Calès*, A. Berger, P. Nahon, N. Ganne-Carrié, V. De Lédinghen, C. Bureau (Angers, Bordeaux, Toulouse)

Introduction : La stéatopathie métabolique (NAFLD) ou l’obésité viscérale sont des facteurs de risque de thrombose veineuse en particulier abdominale. Les rôles de l’indice de masse corporelle (IMC) et des plaquettes sont connus dans l’HTP mais sans lien fait entre les deux jusqu’à présent. Notre but était d’évaluer les interactions entre plaquettes et BMI au cours de la NAFLD.

Patients et méthodes ou matériels et méthodes : Dans un travail précédent, nous avons observé une augmentation des plaquettes en lien avec l‘IMC chez les patients avec NAFLD et la relation contraire dans les alcoolopathies (Figure A). Notre objectif ici était d’évaluer cette relation. Les caractéristiques des 2368 patients avec hépatopathie chronique inclus dans la population VEB6 étaient, étiologie: virus: 50,2%, NAFLD: 28,9%, alcool: 20,9%, score MELD: 9,5±3,0, IMC: 28,4±5,8 kg/m², plaquettes: 149±75 G/l, dureté hépatique (LSM): 27±18 kPa, varices nécessitant un traitement (VNT): 15,2%.

Résultats : 1/ Relation avec la fonction hépatique. Les plaquettes diminuaient avec la fonction hépatique dans toutes les étiologies. Le taux de plaquettes (G/l) était supérieur dans la NAFLD vs les autres étiologies seulement dans le premier tertile de l’INR par ANOVA: NAFLD: 199±70, alcool: 178±68 (p=0,012 vs NAFLD), virus: 166±64 (p<0,001) et après ajustement sur les autres variables par ANCOVA: NAFLD: 198±4, alcool: 180±8 (p=0,055 vs NAFLD), virus: 167±4 (p<0,001).
2/ Relation avec l’IMC: la corrélation (rs) entre IMC et plaquettes était plus marquée chez les NAFLD: 0,196, virus: 0,016 (p=0,001 vs NAFLD), alcool: -0,153 (p<0,001) (Figure A).
3/ Relation avec l’HTP: la NAFLD était la seule étiologie où la corrélation (rs) entre IMC et plaquettes variait selon le stade des varices: stade 0: 0,203, stade 1: 0,120 (p=0,214 vs stade 0), stades 2+3: -0,071 (p=0,015).
4/ Les prédicteurs indépendants des plaquettes ³165 G/l (médiane) étaient chez: A) tous patients: corrélation positive: étiologie alcool ou NAFLD vs virus ou négative: VNT, âge, hommes, INR, LSM ; B) NAFLD: corrélation positive: IMC, ALAT, albumine ou négative: VNT, âge, hommes, INR.
Applications cliniques: A) l’hyperplaquettose relative dans les NAFLD, parmi les hépatopathies sans insuffisance hépato-cellulaire, pourrait être un co-facteur thrombotique. B) Le ratio LSM/(INR*plaquettes *BMI), appelé BLIP, prédisait les VNT avec une AUROC à 0,822 vs 0,804 (p<0,001) pour le même ratio LIP sans IMC (Figure B) et permettait d’épargner significativement plus d’endoscopies en dépistage de population (sensibilité 95%): 41%, ou individuel (VPN 95%): 75% que les autres tests publiés, e.g. dépistage individuel: 67% (p<0,001) par les « NAFLD cirrhosis criteria ».

Conclusion : Dans les NAFLD: le taux de plaquettes est davantage corrélé à l’IMC que dans les autres étiologies. C’est pourquoi, il existe une hyperplaquettose relative qui pourrait contribuer à la thrombophilie. Le test BLIP, incluant IMC et plaquettes, évite 3/4 des endoscopies lors du dépistage individuel des VNT.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Remerciements: Membres du groupe VEB6

Fermer le menu