COMMUNICATIONS AFFICHÉES AFEF 2021

Résumé N° : PO_20

Valeur pronostique des scores Agile chez les patients NAFLD

J. Boursier*, C. Canivet, M. Roux, A. Lannes, I. Fouchard, F. Oberti (Angers)

Introduction : Récemment, Agile 4 et Agile 3+, deux scores combinant la mesure de l’élasticité hépatique (MEH) par élastographie impulsionnelle à vibration contrôlée (LSM), avec des paramètres cliniques de routine ont été proposés pour diagnostiquer respectivement la cirrhose et la fibrose avancée chez les patients NAFLD (1). L’objectif de cette étude était d’évaluer la performance pronostique d’Agile 4 et d’Agile 3+ pour la prédiction des événements hépatiques (EH) et de la comparer à celle de la LSM seule.

Patients et méthodes ou matériels et méthodes : Cette étude monocentrique rétrospective a inclus des patients adultes avec une NAFLD ayant eu une MEH avec le FibroScan et un prélèvement sanguin dans le cadre de la pratique clinique courante. Le principal résultat de l’étude était les EH, un critère composite combinant complications de cirrhose et/ou carcinome hépatocellulaire. Les valeurs seuil utilisées étaient celles précédemment publiées pour Agile 4 et Agile 3+ (1) et celles de Baveno pour la MEH (10 kPa – 15 kPa), définissant pour chaque test trois zones de risque : « faible », « intermédiaire », et « élevé ». Les courbes de Kaplan-Meier ont été comparées avec le test du Log-rank.

Résultats : 341 patients NAFLD ont été inclus dans l’étude (âge médian: 58 ans, sexe masculin: 65%, diabète: 36%). Les EH sont survenus chez 27 (7,9%) patients après un suivi médian de 5,2 ans (1er et 3ème quartiles: 2,9-7,2). Le pourcentage de patients dans les zones de risque « faible » / « intermédiaire » / « élevé » pour les scores Agile 3+ et Agile 4 étaient respectivement 56% / 15% / 29% et 83% / 9% / 8%. Les courbes de Kaplan-Meier (Figure) pour Agile 4 et Agile 3+ montraient des différences significatives entre les zones de risque « faible » et « élevé » (p<0,001 pour les deux tests) et entre les zones de risque « intermédiaire » et « élevé » (p≤0,002 pour les deux tests), tandis que la différence entre les zones de risque « faible » et « intermédiaire » n’était pas significative. À titre de comparaison, le pourcentage de patients dans les zones de risque « faible » / « intermédiaire » / « élevé » pour la LSM étaient de 57% / 23% / 20%. En utilisant la LSM, les patients présentant des EH étaient initialement soit dans la zone de risque « intermédiaire », soit dans la zone de risque « élevé ». Une différence significative était observée entre les zones de risque « faible » et « intermédiaire » (p<0,001) ainsi qu’entre les zones « intermédiaire » et « élevé » (p=0,03).

Conclusion : Agile 4 et Agile 3+ prédisent correctement la survenue d’événements hépatiques chez les patients NAFLD. En particulier, les seuils de confirmation des deux scores identifient mieux les patients à risque que la LSM seule. Ces résultats démontrent l’intérêt de ces scores pour stratifier la sévérité de la maladie et le pronostic des patients avec une NAFLD.

Déclaration de conflit d’intérêt :
JB: activité de consultance avec Echosens.

Références : 1. Younossi, ZM et al. AASLD 2020 LP12.

Fermer le menu