COMMUNICATIONS AFFICHÉES AFEF 2021

Résumé N° : PO_21

Influence du genre sur le transcriptome hépatique chez des patients atteints de stéatopathie métabolique

A. Laroyenne*, M. Guillaume, A. Polizzi, S. Smati, JM. Peron, C. Bureau, JF. Arnal, P. Gourdy, H. Guillou (Toulouse, Nantes)

Introduction : L’incidence et la sévérité de la stéatopathie métabolique (StMet) varient selon le sexe et le statut ménopausal, suggérant un dimorphisme sexuel lié aux effets protecteurs des oestrogènes endogènes. L’objectif de ce travail était d’étudier les spécificités du transcriptome hépatique de patients atteints de StMet selon le sexe et en fonction de la sévérité de la fibrose.

Patients et méthodes ou matériels et méthodes : Les biopsies sont issues d’une cohorte prospective de patients atteints de StMet et pris en charge dans une unité d’hépatologie. La classification NASH-CRN a été utilisée pour grader la fibrose à l’histologie. Ces patients ont été répartis en 4 groupes selon le sexe et le degré de fibrose (F0-F2 vs F3-F4). L’analyse du transcriptome hépatique a été effectuée par microarray (plateforme GeT –TriX) et interprétée par le logiciel MaTrix App. L’analyse fonctionnelle des gènes a été déterminée grâce au site https://string-db.org

Résultats : 80 patients d’âge moyen 57,3 ans ont été inclus : 48 hommes (26 F0-F2 et 22 F3-F4) et 32 femmes (23 F0-F2 et 9 F3-F4). La proportion de patients diabétiques était de 73,9 % et 88.9 % chez les femmes et 69.2 % et 59.1 % chez les hommes dans les groupes F0-F2 et F3-F4 respectivement. Nous observons une différence marquée entre les transcriptomes hépatiques des hommes et des femmes (Fig.1). Tous stades de fibrose confondus, l’expression de 802 gènes varie selon le sexe : 386 sont significativement plus exprimés chez les hommes et 416 chez les femmes. Parmi eux, 25 sont situés sur le chromosome Y et 17 sur le chromosome X, tous les autres sont des gènes autosomiques. L’analyse chez les femmes montre que celles avec une fibrose peu sévère (F0-F2) surexpriment des gènes impliqués dans le métabolisme des acides gras alors que celles avec une fibrose sévère (F3-F4) surexpriment des gènes impliqués dans la matrice extracellulaire, la fibrogénèse, l’inflammation et l’angiogenèse (Fig.1). Chez les hommes, les gènes impliqués dans le métabolisme des acides aminés sont surexprimés par rapport aux femmes, indépendamment du stade de fibrose (Fig.1).

Conclusion : Le transcriptome hépatique des patients atteints de St Met est soumis à un dimorphisme sexuel. Des analyses biochimiques et métabolomiques sont en cours.
Légende Figure 1 : La Heatmap représente l’expression des gènes au niveau hépatique de 80 patients atteints de stéatopathie métabolique répartis en 4 groupes (hommes avec fibrose non sévère (n=26) ou sévère (n=22) et femmes avec fibrose non sévère (n=23) ou sévère (n=9)). Le rouge et le vert correspondent respectivement à des gènes surexprimés et sous-exprimés par rapport à la moyenne des groupes. Fold change > 1 ; p<0,05. Le nombre de catégories fonctionnelles a été précisé quand elles étaient retrouvées avec un seuil de FDR < 1e-06. F : femmes; H : hommes; F0-2: fibrose absente à modérée ; F3-4 : fibrose sévère ; MEC : matrice extra-cellulaire.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu