COMMUNICATIONS AFFICHÉES AFEF 2021

Résumé N° : PO_28

Hépatites virales et autres facteurs de risque de maladie du foie chez les patients avec un cancer en Guyane Française: étude de cohorte rétrospective

E. Vo Quang*, V. Bérot, A. Adenis, M. Demar, JF. Carod, M. Nacher, V. Mallet (Paris, Saint-Laurent Du Maroni, Cayenne)

Introduction : Aucune étude n’a étudié le fardeau des maladies hépatiques en Guyane. Notre objectif était de décrire ces maladies chez les patients atteints de cancer en Guyane, une population à risque d’hépatites B et C.

Patients et méthodes ou matériels et méthodes : Les données étaient issues du PMSI, et des bases de données biologiques des deux principaux hôpitaux de Guyane (Cayenne et Saint-Laurent du Maroni). Le critère de jugement principal était le cancer primitif du foie. Les facteurs de risque hépatique étaient les hépatites virales, le diabète de type 2, l’obésité avec une hypertension artérielle, les troubles de consommation d’alcool, les autres causes non-virales non-métaboliques de maladie chronique du foie, l’index FIB-4 et la cirrhose. Les dossiers des patients avec un cancer primitif du foie et de ceux avec un taux sérique d’AFP ≥ 50 μg/L ont été vérifiés. La force des associations a été mesurée avec des régressions logistiques multivariées et des fractions attribuables.

Résultats : L’échantillon comprenait 3 903 patients (âge médian 57 ans, 50% d’hommes) avec un cancer en diagnostic principal ou relié dans le résumé d’hospitalisation. Le cancer du sein féminin était le cancer le plus fréquemment diagnostiqué (9,2%). Le cancer primitif du foie était la 13ème cause de cancer pour les deux sexes (2,3%) et la neuvième cause de cancer pour les hommes (2,3%). Au moins un facteur de risque hépatique était présent chez 10,3% des patients. La prévalence des hépatites B et C était respectivement de 6,0 et 2,6% des patients atteints de cancer. La prévalence des hépatites B et C était de 0,7 et 0,4% des patients non atteints de cancer dans les deux hôpitaux. L’hépatite B, les troubles de consommation d’alcool, un FIB-4 ≥ 3,25 étaient des facteurs de risque indépendants de cancer primitif du foie. Le trouble de consommation d’alcool était le risque le plus élevé [OR ajusté = 8,11; IC95% = 4,26-15,00; p <0,001], suivi de l’hépatite B [OR ajusté = 7,05 ; IC95%= 3,86-12,60; p <0,001]. Un FIB-4 ≤ 1,45 était associé à un faible risque de cancer primitif du foie [OR ajusté = 0,38 ; IC95% = 0,18-0,75; p = 0,008]. La contribution de l’hépatite B ou C, les troubles de consommation d’alcool, le syndrome métabolique et les autres causes non-virales non-métaboliques de maladie chronique du foie au fardeau du cancer primitif du foie en Guyane étaient de 26%, 20%, 5% et 2%. 51% des patients atteints de cancer, 30% des patients atteints de cirrhose décompensée et 28% des patients atteints d’insuffisance hépatique aiguë n’ont pas été dépistés pour l’hépatite B et C.

Conclusion : Les hépatites B et C et les troubles de consommation d’alcool devraient recevoir plus d’attention, en tant que facteurs de risque modifiables pour réduire le fardeau des maladies hépatiques chez les patients atteints de cancer en Guyane.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu