COMMUNICATIONS AFFICHÉES AFEF 2021

Résumé N° : PO_42

Dépistage de l'Hépatite C à l'hôpital : Il faut le faire mais les soignants sont le principal obstacle !

SN. Si Ahmed*, S. Thibeaut, M. Madau, S. Benali, A. Lortholary, C. Hernandez, P. Ramirez, J. Negre, L. Lecomte, A. Prost, F. Sellier, O. Pietri, C. Dassetto, P. Castellani, X. Adhoute, M. Bourliere (Marseille)

Introduction : L’OMS a prévu comme objectif l’élimination de l’hépatite virale C en 2030. En France, le traitement, efficace chez plus de 99% des patients, est disponible pour tous les patients et depuis Mai 2019 peut être prescrit par tous les médecins. A ce jour l’HAS recommande un dépistage en fonction des facteurs de risque. Le but de notre étude (DEVICHO) est de tester l’intérêt d’un dépistage universel chez tous les patients hospitalisés dans une structure hospitalière tertiaire.

Patients et méthodes ou matériels et méthodes : DEVICHO est une étude prospective mono centrique. Après consentement, une sérologie VHC est réalisée et si positive, une recherche d’ARN viral C est réalisée afin de pouvoir traiter tous les patients virémiques après évaluation. Des séances d’information ont été réalisées avec distribution de notices et diffusion d’un film d’animation afin de sensibiliser malades et soignants à ce dépistage.£

Résultats : Entre Novembre 2019 et Mars 2021, 26.679 patients ont été hospitalisés dans la structure. 2433 patients (9,1%) ont été inclus dans l ‘étude DEVICHO. 58 patients (2,38% IC95% :1,78-2,99) avaient des Ac anti VHC +, dont 46 patients ignoraient leur statut et 12 patients (0,5%) avaient un ARN VHC +. 10 patients ont été traités et guéris du VHC, un patient est décédé et un patient a refusé le traitement. Dans la même période 3605 patients (13,5%) ont eu un dépistage de l’hépatite C en fonction des facteurs de risque. 97 patients (2,69% IC95% : 2,16-3,21) avaient des Ac anti VHC +. Au total, pendant la période de l’étude, 6038 patients (22,6%) ont bénéficié d’un dépistage l’hépatite C et 155 patients (2,56%) avaient des Ac anti VHC +. Il n’y avait pas de différence significative concernant la prévalence du VHC entre les patients dépistés dans l’étude DEVICHO et ceux dépistés en fonction des facteurs de risque (p=0,45). Ces prévalences sont supérieures à celles observées en population générale dans l’étude récente de Montpellier (0,89%)1.
Au cours de l’étude, nous avons constaté de nombreuses difficultés liées à une hétérogénéité du recrutement des patients en fonction des services de l’hôpital et la survenue de la pandémie COVID-19 qui a ralenti les inclusions notamment pendant les périodes de confinement. Nous avons simplifié les mesures d’inclusion avec un consentement oral et essayé d’implémenter le dépistage du VHC dans les bilans d’entrée de certains services.

Conclusion : La prévalence du VHC chez les patients hospitalisés est supérieure à celle observée en population générale en France. Un dépistage universel de tous les patients hospitalisés montre une prévalence du VHC identique à celle d’un dépistage ciblé en fonction des facteurs de risque identifiés selon les critères de l’HAS. Notre étude montre par ailleurs, par le faible pourcentage de patients inclus, que les soignants sont le principal obstacle au dépistage de l’hépatite C.
L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Références : 1.Guinard et al. Campagne de dépistage universel “Montpellier sans hépatite C 2019” Description et évaluation. BEH 2020; 31-32 : 604-611

Fermer le menu