COMMUNICATIONS AFFICHÉES AFEF 2021

Résumé N° : PO_44

EN 2021 L’hépatite C inquiète toujours dans la population des usagers de drogues

P. Melin*, J. Pont, L. Garbet, J. Sainty, V. Monot, S. Bresson (Saint Dizier, Dijon)

Introduction : Une équipe de pairs de SOS Hépatites BFC associée à des soignants a réitéré en 2021 pour la 3ème fois son Roadtrip Hépatant : action qui consiste à se rendre dans des structures addicto de type CSAPA/CAARUD ( EN BFC) pour proposer une aide au dépistage de l’hépatite C.
EN 2021 ON NE CONNAIT PAS BIEN LA REPRESENTATION DE L HEPATITE C CHEZ LES USAGERS DE DROGUE

Patients et méthodes ou matériels et méthodes : Sur 93 usagers rencontrés et testé 87 ont acceptés de répondre à une enquéte juste aprés la réalisation du TROD, en attendant le résultat. La question était: “si on vous annonçait aujourd’hui que vous étes porteur d’une hépatite C quel serait votre état d’esprit?” Plusieurs propositions étaient suggérées : Serein, optimiste, inquiet, paniqué, en colère, triste désabusé.
A la fin de l ‘enquête, on donnait les résultats du TROD et on expliquait les conséquences d’une telle annonce si elle devait avoir lieu.

Résultats : 93 usagers rencontrés, presque tous ont accepté de répondre à l’enquête (87), certains ont donné deux réponses.
inquiets : 40 réponses (45,9%)
paniqués : 11 réponses (12,6%)
en colère :6 réponses (6,9%)
triste : 6 réponses (6,9%)
désabusés : 11 réponses (12,6%)
sereins : 13 réponses (14,9%)
optimistes : 8 réponses (9,2%)

On pensait, que les nouveaux traitements, courts, efficaces et sans effets secondaires étaient connus chez les UD et facilitaient l’annonce d’une hépatite C, il semblerait que ce ne soit pas le cas.
Que faut-il en penser? Les UD sont-ils mal informés?
Pourtant des affiches d’information, sur l’hépatite C, sont placardées dans la plupart des structures, donc ils n’y auraient pas fait attention?
Le fait d’être inquiet est aussi peut-être une façon pour eux de faire attention à ne pas se contaminer. La RDRD semble bien fonctionner, ils échangent rarement du matériel et semblent même choqués de la question lors du questionnaire préalable aux TROD.

Conclusion: Seul 1 malade sur 4 est serein ou optimiste, cette enquête montre que malgré la facilité aujourd’hui de soigner l’hépatite C, cette maladie inquiète ou fait panniquer encore presque une fois sur deux! Le point positif, c’est qu’à la derniére question de l’enquête : “”Si on vous découvrait une hépatite C, accepteriez-vous de recevoir un traitement pour cette pathologie ? “” 85 sur 87 ontrépondus oui (98%) ce qui est rassurant.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Remerciements : enquête réalisée avec le soutien des laboratoires Abbvie

Fermer le menu