COMMUNICATIONS AFFICHÉES AFEF 2021

Résumé N° : PO_48

L’implication des somaticiens est indispensable pour atteindre l’élimination de l’hépatite C en milieu psychiatrique

S. Chelouah*, P. Angijiro, W. Yekhlef (Neuilly Sur Marne)

Introduction : La France s’est engagée à atteindre l’élimination de l’hépatite C d’ici 2025. Depuis 2019, tous les médecins peuvent prescrire des antiviraux d’action directe (AAD). L’infection par le VHC des patients en milieu psychiatrique a peu été étudiée, alors que sa prévalence pourrait être plus élevée que dans la population générale. Notre pôle a mis en place une stratégie de dépistage des VHB, VHC et du VIH pour les patients hospitalisés à temps plein. Ainsi, dans le but d’évaluer cette stratégie de dépistage, une étude rétrospective a été menée entre 2017 et 2020.

Patients et méthodes ou matériels et méthodes : La population inclus dans cette étude était celle des patients hospitalisés au moins une fois/an à temps plein à l’EPS de Ville Evrard entre 2017 et 2020. Les sérologies et les charges virales VHC VHB, et VIH ont été réalisées à chaque fois que cela était possible. Tous les prélèvements sanguins ont été centralisés par le même laboratoire.

Résultats : La file active de 2017 à 2020 était de 15017 patients. Durant ces 4 ans, 7361 sérologies VHC ont été réalisées (49 %), et 197 sérologies sont revenues positives avec une prévalence de l’infection par le VHC de 2,67 %. Le pourcentage de charge virale VHC réalisé est passé de 15,2 % en 2017 à plus de 80 % en 2019 et 2020. On note aussi le maintien comparable du nombre de sérologies et de PCR réalisées pendant la pandémie du COVID-19. La proportion de charge virale positive chez les patients ayant une sérologie positive (rapport PCR VHC positives / PCR totales réalisées) était de 28,5 % (n/N) en 2017, 38,1 % (n/N) en 2018, 16,3 % (n/N) en 2019, et 35,3 % (n/N) en 2020. Plus de 70 % des patients infectés par le VHC avaient entre 40 et 60 ans avec un ratio moyen homme/femme de 2,14. Nous avons observé sur la totalité des sérologies réalisées, 3 co-infections VHC/VHB et 12 VHC/VIH. Le recueil des données sur le profil des patients, l’évaluation de la fibrose, le parcours de soin et l’accès au traitement antiviral est en cours de collection et sera disponible au moment de la présentation.

Conclusion : Les résultats de cette première étude sur le dépistage et la prise en charge de l’hépatite C, à l’EPS de Ville Evrard montrent que la population psychiatrique constitue un « réservoir » épidémiologique important pour le VHC. Cela permet de démontrer l’impact positif de l’ouverture à la prescription qui vient renforcer le rôle capital des somaticiens, intervenant dans les établissements psychiatriques, pour le dépistage et la prise en charge des patients atteints d’hépatite chronique C. Les somaticiens sont des acteurs incontournables pour atteindre l’élimination de l’hépatite C en France dès 2025, notamment au sein de cette population vulnérable dont l’amélioration de l’accès aux soins somatiques est une priorité nationale.

Déclaration de conflit d’intérê t:
Invitation et financement éventuel de la participation au congrès.

Remerciements : Nous remercions Madame Cathy CHIAPPINI pour son invitation à la participation à ce congrès et pour ces conseils.

Fermer le menu