COMMUNICATIONS AFFICHÉES AFEF 2021

Résumé N° : PP_01

Dépistage biologique de la fibrose hépatique en hôpital psychiatrique : une expérience de l’utilisation du FIB4

AJ. Remy*, J. Hervet, R. Bouquie (Perpignan, Thuir)

Introduction : Les maladies du foie sont fréquentes chez les patients hospitalisés en psychiatrie qui cumulent les facteurs de risque : alcool, surpoids et syndrome métabolique, hépatite C et/ou B, médicaments hépatotoxiques. L’index FIB-4 est un biomarqueur simple et gratuit pour diagnostiquer la fibrose hépatique avancée. Le calcul de l’index FIB-4 nécessite de connaître l’âge, les transaminases ALT et AST et le taux de plaquettes. Notre centre hospitalier psychiatrique (CHP) dessert un bassin de près de 500 000 habitants et est un lieu de vie mais aussi un lieu potentiel de dépistage. Il comprend 382 lits et la file active annuelle 2019/2020 est de 1434 et 878 patients hospitalisés (durée moyenne de séjour 29 jours). Une permanence infirmière bimensuelle de l’hôpital général a été mise en place en 2018 pour la réalisation de FIBROSCAN selon un protocole validé de délégation de tâches et un partenariat établi avec le laboratoire de biologie du CHP pour le suivi des sérologies virales positives. Une consultation bimensuelle d’hépatologie sur site complétait le dispositif. Il nous est apparu que dépister la fibrose hépatique pouvait être utile à grande échelle.

Patients et méthodes ou matériels et méthodes : Le bilan biologique d’entrée (quasi)systématique fait au CHP incluait les paramètres nécessaires au calcul du FIB-4. Après information des psychiatres et des médecins généralistes exerçant au CHP, il a été mis en place le 1er octobre 2020 le calcul automatisé de l’index FIB-4 sur toutes les biologies comprenant transaminases et plaquettes afin dépister les fibroses avancées du foie chez les patients hospitalisés. Il n’y a eu besoin d’aucun changement dans les prescriptions ni d’examens supplémentaires. Les patients ayant un FIB-4 > 1.45 ont été orientés pour un FIBROSCAN : si une fibrose équivalente F3F4 était détectée en FIBROSCAN, ils étaient orientés vers la consultation d’hépatologie.

Résultats : En 6 mois, 662 mesures de FIB4 ont été réalisées chez 688 patients différents avec une valeur moyenne de 2,44 et un âge moyen de 58 ans et un IMC moyen de 27,1; 75 patients avaient une valeur supérieure à 1.45 ; 72 ont eu un FIBROSCAN validé avec une valeur moyenne de 6,4 Kpa : 49 F0F1, 17 F2 2 F3 et 4 F4. La valeur moyenne de CAP était à 278 dB/m. Tous les patients ayant une fibrose estimée supérieure ou égale à F3 ont été vus en consultation spécialisée. Deux patients étaient diabétiques et 1 avait une sérologie C positive. Les résultats actualisés au 1er septembre 2021 seront présentés lors du congrès.

Conclusion : Le dépistage biologique de la fibrose hépatique en hôpital psychiatrique est utile pour individualiser des patients ayant une fibrose modérée ou sévère. La place de la sonde CAP reste à préciser dans cette population à risque de NASH.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu