COMMUNICATIONS AFFICHÉES AFEF 2021

Résumé N° : PP_06

Lésions histologiques des cytolyses inexpliquées

O. Pietri*, M. Chicaud, W. Limousin, T. Andreani, O. Chazouillères, D. Wendum (Marseille, Paris)

Introduction : Les ponctions biopsies hépatiques (PBH) sont réalisées chez les patients ayant une cytolyse inexpliquée en cas de bilan exhaustif clinique, biologique et morphologique non concluant. Dans les précédentes études, la stéatose était la cause la plus fréquemment retrouvée, mais ce diagnostic peut habituellement être fait en présence d’un syndrome métabolique et d’un foie hyperechogène en échographie sans nécessiter de PBH. De travaux récents rapportent que des pathologies vasculaires hépatiques peuvent se présenter comme une cytolyse chronique isolée. L’objectif de notre étude rétrospective monocentrique était d’identifier les diagnostics histologiques chez les patients ayant une élévation chronique des transaminases inexpliquée.

Patients et méthodes ou matériels et méthodes : De janvier 2010 à janvier 2021, tous les patients consécutifs ayant eu une PBH pour cytolyse inexpliquée ont été inclus. Nous avons exclu les patients ayant une cholestase associée (PAL > 2N), une consommation d’alcool > 20g/j, une stéatose échographique et un diabète ou un IMC > 25kg/m2, une prise de médicaments hépatotoxiques, une hépatite virale, une hyperferritinémie, un bilan du cuivre anormal, des signes d’hépatite auto-immune définis par la présence d’IgG > à 1,1 N associée à des anticorps anti-tissu positifs, les patients ayant des IgA anti-transglutaminases positives, ou d’autres causes de maladies chroniques systémiques (cardiaque, rénale, oncologique, auto-immune, endocrinologique) et les patients ayant fait un passage récent en réanimation. Les lames ont toutes été relues retrospectivement.

Résultats: 120 PBH chez 113 patients (53,9% d’hommes, âge moyen 43,9 ans) ont été incluses. L’ancienneté des perturbations du bilan hépatique était de 33,7 mois en moyenne. Les ASAT étaient en moyenne à 2,2 N et les ALAT à 3,6 N au moment de la PBH. Après relecture, 38 PBH (31,7%) étaient normales ou ne présentaient que des modifications mineures non spécifiques. Parmi les 82 autres 32 (39%) présentaient des lésions d’hépatite d’interface ou lobulaire, dont 11 compatibles (13,4%) et 1 typique (1,2%) d’une étiologie auto-immune, 30 (36,6%) des lésions vasculaires, et 28 (34,1%) une stéatose, dont une stéatohépatite certaine dans 10 cas (12,2%) et probable dans 4 cas (4,9%).
Une fibrose significative était présente chez 31 patients (37,8%) dont 4 cirrhoses (4,9%).

Conclusion : Les principales lésions histologiques retrouvées étaient de type vasculaire et hépatitiques (non spécifique ou évoquant une origine auto-immune). Dans près d’un tiers des cas il n’existait pas de lésion significative. Peu de cas correspondaient à une steatopathie contrairement à ce qui avait été publié, reflétant probablement une modification des modalités diagnostiques de ces stéatopathies.
Dans la suite de l’étude les facteurs cliniques et biologiques associés à ces diagnostics histologiques vont être étudiés ainsi que les conséquences du diagnostic histologique sur la prise en charge des patients.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu