COMMUNICATIONS AFFICHÉES AFEF 2021

Résumé N° : PP_010

Prise en charge de l'ascite réfractaire chez les patients cirrhotiques contre indiqués au TIPS par stenting du canal thoracique: expérience initiale

J. Ghelfi*, B. Brusset, F. Thony, G. Roth, C. Sengel, MN. Hilleret, I. Bricault, J. Frandon, B. Guiu, T. Decaens (Grenoble, Nimes, Montpellier)

Introduction : Le traitement de référence de l’ascite refractaire chez le patient cirrhotique reste le TIPS ou la transplantation hépatique (TH). En cas de contre-indication, la prise en charge est basée sur les paracentèses répétées avec une qualité de vie altérée. Une des fonctions du système lymphatique est de réabsorber le surplus de liquide interstitiel. Chez les patients cirrhotiques avec hypertension portale, le débit du canal thoracique (CT) est augmenté de trois à six fois par rapport à la normale. Lorsque les capacités de drainage lymphatique sont dépassées, l’ascite apparait. La jonction lympho-veineuse pourrait limiter l’adaptation du débit du CT. Des approches chirurgicales datant des années 70 consistaient à réimplanter la terminaison du CT sur la veine sous clavière (VSC) sans la valve de la jonction lympho-veineuse native. L’objectif de cette étude est de rapporter notre expérience de stenting du CT dans la prise en charge des patients cirrhotiques avec ascite réfractaire.

Patients et méthodes ou matériels et méthodes : Il s’agit d’une étude monocentrique retrospective entre novembre 2019 et mars 2021 sur des patients cirrhotiques avec ascite réfractaire, contre indiqués au TIPS et à la TH et ayant bénéficié d’un stenting du CT. La procédure était faite sous anesthésie locale, avec un abord par la veine basilique gauche. Un gradient de pression hépatique était mesuré en début de procédure. Après cathétérisme rétrograde du canal thoracique par la VSC, un gradient de pression entre le CT et le VSC gauche était mesuré avant et après la mise en place d’un stent sur toute la portion thoracique du CT jusqu’en aval de son abouchement dans la VSC. Les objectifs étaient d’évaluer la faisabilité technique du stenting, l’évolution des pressions du CT, les complications, l’efficacité sur l’ascite.

Résultats : Durant la période d’étude, 5 patients ont bénéficié d’un stenting du CT. Les 5 procédures ont été un succès technique. Le volume moyen mensuel d’ascite ponctionnée initialement était de 21,2 L (DS = 11,6). 3 patients avaient une cirrhose Child B, deux patients Child C. La seule complication rapportée est une plaie per-procédurale du CT, résolue spontanément avant le fin de l’intervention. 4 patients avaient un gradient de pression lympho-veineux initial > 5 mmHg, tous résolutifs après stenting. Le dernier patient n’avait pas de différence de pression entre le CT et la VSC. L’ascite a disparu chez deux patients sans récidive lors du suivi (18 mois et 8 mois). Un patient n’a pas eu de modification notable sur son ascite lors du suivi (5 mois). Les deux patients Child C sont décédés dans le mois suivant la procédure d’une cirrhose décompensée, l’un avec une diminution de 50% du volume d’ascite ponctionné, le second sans modification.

Conclusion : Le stenting du CT chez les patients cirrhotiques est faisable et semble efficace chez certains patients sur l’ascite. Des études sur de plus gros effectifs sont nécessaires pour valider ces résultats.

L’auteur n’a pas transmis de déclaration de conflit d’intérêt

Fermer le menu